La mère de Jackson n'est plus l'administratrice des biens de son fils

JUSTICE La Cour supérieure de Los Angeles vient de donner l'administration des biens de la star à deux exécuteurs testamentaires...

20minutes.fr

— 

Katherine Jackson, la mère de Michael Jackson, quitte le domicile de son fils à Los Angeles le 26 juin 2009
Katherine Jackson, la mère de Michael Jackson, quitte le domicile de son fils à Los Angeles le 26 juin 2009 — HTA/ZOJ/WENN.COM/SIPA

22 heures avant son inhumation, et 24 heures avant la cérémonie d’hommage qui lui est consacré, les nouvelles tombent en rafale sur Michael Jackson.

Dernière information en date: la Cour supérieure de Los Angeles a retiré lundi l'administration provisoire des biens de Bambi à sa mère, Katherine Jackson, pour la confier à deux exécuteurs testamentaires désignés par le chanteur dans son testament. Un testament déposé le 1er juillet devant la Cour, tandis que, le 29 juin, Katherine Jackson, 79 ans, avait obtenu la garde des biens de son fils, les avocats du clan Jackson assurant ignorer l'existence d'un testament.

Jusqu'au 3 août


Mais cette fois, le juge Mitchell Beckloff a désigné l'avocat John Branca et le producteur musical John McClain «administrateurs spéciaux» jusqu'au 3 août des biens de la pop star, dont le ranch californien de Neverland et les droits du catalogue musical des Beatles.

Les avocats de Katherine Jackson avaient tenté d'empêcher cette décision, en évoquant un «conflit d'intérêt» et en contestant le fait que John Branca était encore en contact avec Michael Jackson au moment de sa mort. «Mme Jackson s'inquiète de devoir donner dès maintenant les clés du royaume, elle a l'impression que c'est trop tôt», a plaidé son avocat John Schreiber.

>> Retrouvez l'intégralité de notre dossier sur Michael Jackson >>

Un avocat de Branca a de son côté assuré que son client avait récemment été ré-engagé par le chanteur et qu'il était bien connu de la famille. «Ce n'est pas comme si ces gens étaient inconnus de Mme Jackson. Elle sait très bien qui ils sont», a fait valoir Paul Hoffman.