Cheb Mami a été condamné à cinq ans de prison

JUSTICE Le jugement vient d'être rendu...

L.H. avec agence

— 

Le chanteur franco-algérien Cheb Mami est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bobigny, notamment pour "violences" et "menaces", dans l'affaire de la tentative d'avortement forcé de son ancienne compagne française, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.
Le chanteur franco-algérien Cheb Mami est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bobigny, notamment pour "violences" et "menaces", dans l'affaire de la tentative d'avortement forcé de son ancienne compagne française, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. — AFP/Quotidien d'Oran/Archives

Le tribunal de Bobigny a tranché vendredi après-midi. Cheb Mami a été condamné à une peine de cinq ans de prison ferme pour tentative d’avortement forcé sur son ancienne compagne, Camille (son prénom a été changé).

La peine est moins sévère que les six ans requis la veille par la procureure et en dessous de la peine maximale - dix ans- encourue. Chemisette blanche, le chanteur est resté le visage fermé après l'énoncé du jugement. Il a ensuite été emmené sous escorte policière.

«Je regrette»


Lors de l’audience de la veille, Cheb Mami, avait dit avoir «toujours essayé de régler ça de manière amicale». Selon lui, le bébé n'était «pas désiré» et un enfant hors-mariage, «c'était contraire à ma culture, à ma religion». L'idée d'un avortement forcé «dans une clinique en Algérie», c'était celle de son manager, Michel Lecorre (Maurice Lévy). Qualifié d'«organisateur et instigateur» des actes de violences par le tribunal, celui-ci a écopé de quatre ans de prison. Alors qu'il était jusqu'ici sous contrôle judiciaire, les juges ont lancé un mandat de détention contre lui.

Cheb Mami avait, la veille toujours, demandé pardon à son ex-compagne: «Je regrette tout ce qui s'est passé. Je lui demande pardon, je regrette». Cheb Mami avait reconnu sa responsabilité mais avait soutenu avoir été «piégé».