Devant l'hôpital de Los Angeles, ils chantent et pleurent leur idole

REPORTAGE Plusieurs centaines de fans se sont rassemblés pour un dernier adieu...

Philippe Berry

— 

Un autel improvisé pour rendre hommage à Michael Jackson, devant l'hôpital de UCLA à Los Angeles, le 25 juin 2009
Un autel improvisé pour rendre hommage à Michael Jackson, devant l'hôpital de UCLA à Los Angeles, le 25 juin 2009 — P.BERRY
De notre correspondant à Los Angeles

Adossé au mur, les yeux rougis, il semble perdu. Dans son costume sombre, Mike, un banquier de Beverly Hills, a laissé en plan ses clients et ses dossiers pour venir devant l'hôpital de l'université de UCLA. Comme lui, ils sont plusieurs centaines à s'être rassemblés devant le lieu où Michael Jackson s'en est allé jeudi à la mi-journée, après un arrêt cardiaque.

Mike est inconsolable. «J'ai 59 ans. Il est parti trop jeune. Je n'arrive toujours pas à y croire. Au début j'ai cru à une blague. Quand j'ai réalisé, j'ai pleuré comme un bébé», soupire-t-il, se souvenant avoir vu «un gamin» débuter avec les Jackson Five.

Chacun fait son deuil à sa manière. Certains pleurent, d'autre chantent. «We are the World» est soudain entonné par une trentaine de fans. A côté, Sean et Jessica restent silencieux, main dans la main. «You are not alone, c'était notre premier baiser. Ecouter Michael me rendait toujours joyeuse. Même ce soir», confie la jeune fille.

«Le plus grand»

Des pancartes ont été bricolés à la va-vite. «Michael est mon dieu», lit-on sur l'une; «R.I.P (repose en paix)», sur une autre. Des lunettes noires sur le nez, Martin brandit des singles de «Bad» et «Thriller» dédicacés. Pour lui, «Michael restera le plus grand à tout jamais». Les transformations et les accusations de d'attouchement sur des mineurs? «Blah. On s'en fout de ça. Personne ne sait ce qui sait exactement passé. Mes oreilles, elles, entendent Billie Jean, et ça, ça me parle».

La nuit est tombée sur Los Angeles. Des bougies s'allument pour un autel improvisé, avec des fleurs et des photos de la star. Plusieurs vendeurs de t-shirt débarquent. «20 dollars, 20 dollars!!». «Vous n'avez pas honte, charognards», hurle une personne. 





























Victor, 5 ans (20MINUTES.FR/ P.BERRY)


Toutes les générations sont là. Victor n'a que 5 ans. Mais avec son chapeau trop grand, sa veste et ses gants, il danse comme le vrai, devant des spectateurs attendris. «J'écoutais du Michael Jackson quand j'étais enceinte», explique sa mère. «Mon plus grand regret, c'est que mon fils ne pourra jamais le voir sur scène». Victor se déchaîne et effectue un moonwalk. La relève?

Que retiendrez-vous ? Ses tubes cultes, de Thriller à Billie Jean? Ses clips révolutionnaires? Le moonwalk? Ses concerts ? Ou bien la déchéance, les transformations physiques et les multiples procès?

Dites-le nous dans les commentaires ici