Silvio Berlusconi veut garder sa villa à fiestas

PEOPLE Le chef du gouvernement italien a démenti ce qu'avaient écrit les quotidiens italiens, annonçant que la villa Certosa était à vendre...

Avec agence

— 

La villa Certosa de Silvio Berlusconi, en Sardaigne
La villa Certosa de Silvio Berlusconi, en Sardaigne — AFP PHOTO / MASSIMO SESTINI

«Je ne vends pas la villa Certosa». C’est ce qu’a déclaré Silvio Berlusconi, le chef du gouvernement italien, interrogé par les journalistes après avoir voté à Milan (nord) pour le second tour des élections locales et un referendum électoral.

La ville Certosa, c’est sa somptueuse villa de Sardaigne où des fêtes avec des femmes parfois dénudées lui ont valu des soucis médiatiques. En effet, si a justice italienne a fait interdire la publication de photos de ses invitées, le quotidien espagnol de gauche «El Pais» a, lui, publié certains clichés où l'on voit deux filles bronzant les seins nus en maillot string ainsi qu'un homme complètement nu.

Après cette affaire, plusieurs quotidiens ont affirmé que le Cavaliere songeait à vendre cette propriété. Selon «La Repubblica», le prix de la villa serait de l'ordre de 200 millions d'euros. «Ils me l'ont violée (l'intimité de la villa), aurait confié Berlusconi, selon le «Corriera della Sera». C'est comme si des voleurs y étaient entrés».

Une nouvelle affaire a éclaté la semaine dernière avec les déclarations de plusieurs jeunes femmes qui affirment avoir été payées pour participer à des fêtes dans les propriétés du Cavaliere, à Rome et en Sardaigne, par un entrepreneur de Bari (sud), sous enquête de la justice pour corruption. Silvio Berlusconi a dénoncé une nouvelle fois vendredi ces accusations comme des «foutaises et des ordures» alors que les répercussions politiques de cette situation inquiètent la droite.