Un homme qui se dit le père de Mercy refuse que Madonna l'adopte

MALAWI La Cour suprême examine lundi le recours de la chanteuse...

Avec agence

— 

Photo promotionnelle mettant en scène Madonna et la petite Mercy, l'enfant malawite que la chanteuse souhaite adopter.
Photo promotionnelle mettant en scène Madonna et la petite Mercy, l'enfant malawite que la chanteuse souhaite adopter. — REUTERS

Coup de théâtre dans l’affaire de l’adoption par Madonna d’un deuxième enfant malawite. Un homme qui se dit le père de la fillette que la chanteuse tente d'adopter, a affirmé ce dimanche à l'AFP qu'il refusait que sa fille Mercy Chifundo James soit élevée par la star américaine et qu'il souhaitait s'en occuper lui-même dans son pays.

La Cour suprême du Malawi examine lundi le recours de Madonna, qui a fait appel du refus de lui accorder l'adoption de ce second enfant malawite.

«Je suis le père biologique de Mercy»

«Je veux que Mercy revienne. Je suis le père biologique de Mercy», a déclaré James Kambewa par téléphone à l'AFP, précisant qu'il n'avait jamais vu la fillette, aujourd'hui âgée de trois ans.

«Je n'ai pas d'argent pour payer un avocat, mais j'en cherche un afin de faire une requête en injonction pour empêcher Madonna d'essayer d'adopter ma fille», a poursuivi le jeune homme de 24 ans, qui a fait une demande auprès de l'Etat pour obtenir gratuitement un avocat. James Kambewa est employé de maison à Blantyre, la capitale économique du Malawi, et gagne environ 80 dollars (60 euros) par mois.

Différend familial

Selon lui, les grands-parents maternels du bébé l'avaient accusé d'avoir tué leur fille, décédée peu après avoir donné naissance à Chifundo Mercy James. Le bébé avait alors été placé dans un foyer pour orphelins de victimes du sida.

«J'ai réalisé que c'était ma fille et juré de tout faire pour la ramener à la maison», a assuré James Kambewa après avoir découvert que Madonna voulait l'adopter. «Mercy, elle est Malawite, alors elle doit être élevée au Malawi, dans notre culture», a-t-il indiqué à la télévision américaine CBS News qui a révélé l'information.