American Apparel attaque Woody Allen sur sa vie privée

PEOPLE Le géant du T-shirt outre-atlantique compte se servir des frasques sexuelles du réalisateur pour gagner le procès qui les oppose...

B.D.

— 

Le cinéaste américain Woody Allen a rendu hommage, samedi lors du 61e Festival de Cannes, à la "catalan way of life", qualifiant Barcelone de ville "très excitante, pleine de vie" où "à deux, trois ou quatre heures du matin, les rues sont pleines de gens".
Le cinéaste américain Woody Allen a rendu hommage, samedi lors du 61e Festival de Cannes, à la "catalan way of life", qualifiant Barcelone de ville "très excitante, pleine de vie" où "à deux, trois ou quatre heures du matin, les rues sont pleines de gens". — François Guillot AFP

Woody Allen a ruiné lui-même sa réputation, il ne peut donc pas poursuivre une entreprise pour l’avoir ternie. C’est en tout cas ce qu’affirment les avocats du plus grand fabricant de t-shirts aux Etats-Unis, American Apparel.

L’année dernière, Woddy Allen avait déposé une plainte contre le géant, qui avait utilisé une image de l’acteur dans le film «Annie Hall», pour l’une de ses campagnes publicitaires. Woody Allen accuse l’entreprise d’avoir utilisé «son image et son identité» sans autorisation, et réclame 10 millions de dollars (près de 7 millions d’euros) pour cette campagne qui aurait terni sa réputation. Une somme basée sur ses prétentions s’il avait dû vendre son image pour des publicités sur le sol américain.

Ce mercredi, les avocats d’American Apparel ont contre-attaqué. Et ils comptent baser leur défense sur la valeur de l’image de Woody Allen aux Etats-Unis. L’agent de l’acteur fait valoir qu’il est l’une des 5 ou 10 stars les plus emblématiques du cinéma américain? Stuart Slotnick, l’un des avocats de l’entreprise, rétorque que l’acteur «surestime la valeur de son image», mise à mal par sa relation avec Soon-Yi Previn.

La liaison de l’acteur avec la fille adoptive de sa compagne de l’époque, Mia Farrow, avait défrayé la chronique aux Etats-Unis. Le géant du T-shirt affirme que ce scandale a réduit l’intérêt que les marques américaines portent à l’acteur en tant que visage de leurs campagnes publicitaires. Selon les avocats de Woody Allen, faire ressurgir cette histoire est «vexatoire», non pertinent et s’apparente à du harcèlement. Le procès devrait se tenir en mai prochain à Manhattan.