elle plaide no, no, no

— 

Il n'y a pas que Joseph Fritzl, le monstre autrichien, qui attire les photographes au tribunal. Une bonne centaine d'entre eux s'étaient donné rendez-vous hier à Westminster pour le procès d'Amy Wine­house. La chanteuse est accusée d'avoir agressé une femme lors d'un bal de ­charité en septembre 2008.

Tout juste rentrée de ses vacances aux Caraïbes, Amy est apparue rayonnante, à sa manière. Arborant une robe fleurie mettant en valeur sa plastique, elle a posé de longues minutes avant de plaider non coupable. A sa sortie, Amy avait changé d'humeur et a multiplié les ­gestes obscènes envers les photographes. La prochaine audience aura lieu le 23 juillet prochain. Les bookmakers ont déjà lancé les paris sur sa longueur de robe pour l'occasion. ■ Luc Méchain