Johnny Hallyday peste contre les impôts suisses

PEOPLE Mais il assure vouloir garder son chalet à Gstaad...

Avec agence

— 

Deux jours après l'élection de M. Sarkozy, sa femme Laeticia avait indiqué que le rocker allait "certainement" revenir de son exil en Suisse pour s'installer à nouveau en France, en raison de l'élection à la présidence de Nicolas Sarkozy, qui a promis un "bouclier fiscal" plafonnant les impôts directs à 5O% des revenus.
Deux jours après l'élection de M. Sarkozy, sa femme Laeticia avait indiqué que le rocker allait "certainement" revenir de son exil en Suisse pour s'installer à nouveau en France, en raison de l'élection à la présidence de Nicolas Sarkozy, qui a promis un "bouclier fiscal" plafonnant les impôts directs à 5O% des revenus. — Jean-Pierre Clatot AFP/archives

Le chanteur français Johnny Hallyday a révélé qu'il payait «autour de 900.000 francs suisses» (607.000 euros) d'impôts par an en Suisse mais qu'il garderait son chalet à Gstaad même s'il ne bénéficiait plus d'avantages fiscaux.

«Je suis d'accord pour payer des impôts, mais il y a une limite», a déclaré le chanteur dans une interview publiée lundi dans le quotidien suisse «Le Matin». «Avant (de s'établir en Suisse en 2007, ndlr), je versais plus de 70% (au fisc français). Avec ce que j'ai payé dans ma vie, j'aurais pu faire vivre plusieurs familles pendant des générations», s'est-il plaint.

Les avantages fiscaux dont bénéficient les riches étrangers résidents dans la Confédération helvétique ont été supprimés récemment dans le canton de Zurich et sont battus en brèche dans d'autres cantons suisses.

Pas de déménagement en vue

«Si ça doit changer, ça changera. Je ne vendrai pas mon chalet. En dehors de toute considération d'argent, je m'y sens bien (...) car au moins, on me fout la paix!», a affirmé le chanteur, qui y séjourne quand il ne travaille pas, «or (il) travaille beaucoup».

Outre son chalet à Gstaad, Johnny Halliday possède aussi une maison à Los Angeles pour ses «activités professionnelles». Quant à sa maison de Marnes-la-Coquette, en région parisienne, il dit en avoir fait don à son épouse Laeticia.