Christian Bale s’excuse

Philippe Berry

— 

Christian Bale, le 25 juin 2007, à New York
Christian Bale, le 25 juin 2007, à New York — SIPA
 De notre correspondant à Los Angeles
 

«Je suis désolé.» Après une semaine de bashing suite à son pétage de plomb qui a fait le tour du net, Christian Bale a fait son mea culpa vendredi dans l’émission Kevin & Bean, sur K-ROQ (radio rock de Los Angeles).

 

«J’ai dépassé les limites. J’ai agi comme un voyou. Je le regrette profondément. C’est inexcusable. Il n’y a personne de plus malheureux que moi», a confié la star de Batman, expliquant «mériter qu’on se moque» de lui.

 

 

L’acteur britannique a tenu à remettre dans le contexte sa colère contre le pauvre directeur de la photographie sur le tournage de Terminator Salvation, l’été dernier. «On tournait une scène où j’essayais de montrer un peu que John Connor tient de sa mère Sarah, internée dans Terminator 2. Ca a dérapé et j’ai pété un câble». Trop perfectionniste Christian? On rappellera que sa mère et sa sœur avaient porté plainte contre lui pour agression en juillet dernier –les charges avaient cependant été abandonnées «faute de preuves».

 

Certains suggèrent que l’altercation avec le directeur de la photographie a failli en venir aux mains? «Vous n’avez pas vu Shane Hurlbut, c’est un ancien joueur de football américain, il est bien plus costaud que moi», plaisante Bale. Et d’utiliser le bon vieux «que celui qui n’a jamais perdu son sang froid» jette la première pierre. Il assure que malgré ses menaces de diva de démissionner si Hurlbut n’était pas «viré», il avait mis les choses à plat avec le technicien et que «tout était rentré dans l’ordre le soir même.

 

Dans ce qui ressemble beaucoup sur la fin à une excuse suggérée par les studios, Christian Bale demande à tous de ne pas boycotter le film à cause de son comportement car il le jure «tout le monde a travaillé dur et le résultat est extraordinaire». Verdict le 22 mai aux Etats-Unis, et le 3 juin en France.

 


 
>> Si vous avez raté le pétage de câble, c’est ici. Et le remixe techno, c’est là