Starclash: Britney Spears contre Christina Aguilera

PEOPLE La guerre entre les deux chanteuses dure depuis dix ans...

Sandrine Cochard
— 
Britney Spears accepts the award for Best Pop Video for "Piece of Me" at the 2008 MTV Video Music Awards in Los Angeles September 7, 2008.  REUTERS/Mario Anzuoni  (UNITED STATES)
Britney Spears accepts the award for Best Pop Video for "Piece of Me" at the 2008 MTV Video Music Awards in Los Angeles September 7, 2008.  REUTERS/Mario Anzuoni  (UNITED STATES) — REUTERS/Mario Anzuoni

Britney ou Christina? De leurs débuts de lolitas sans cervelle à leur come-back post-maternité, retour sur la guerre qui dure depuis dix ans entre les deux chanteuses, qui ont toutes les deux fait leurs armes au Mickey Mouse Club.

Epoque lolita: Britney 1 – Christina 0

La première à dégainer est Britney Spears, en octobre 1998. Son clip «Baby one more time», dans lequel elle apparaît avec de sages nattes mais le nombril à l’air, ravive le fantasme nabokovien de la collégienne délurée. A 17 ans, elle est la nouvelle sex-bomb de la planète et donne naissance au mouvement de lolitas qui-chantent-sur-une-choré-qui-tue. Le principe sévit encore.

Six mois plus tard sort «Genie in a bottle», par Christina Aguilera. Plus blonde que Britney, la jeune chanteuse est également plus directe. «Si tu veux être avec moi, il faut mettre le prix bébé, je suis un génie dans une bouteille, tu dois me frotter comme il faut», susurre-t-elle en se déhanchant. Elle aussi a bien compris l’intérêt du nombril exposé et attaque sa rivale sur son terrain. Les clips qui suivront seront autant de jalons dans le long tunnel de surenchère suggestive que se livrent les deux chanteuses. Leur émancipation passe par le raccourcissement progressif de leur tee-shirt. Mais Britney Spears garde l’avantage. Le mouvement lolita, c’est elle qui l’a créé. C’est donc d’elle que vont s’inspirer celles qui suivront. Preuve de sa notoriété supérieure: elle existe par son seul prénom quand il faut encore coller son patronyme à Christina pour savoir de qui on parle.

Epoque trash: Britney 0 – Christina 1

Chez Britney, on retiendra «I’m a slave 4 you», chanson construite sur sa respiration saccadée à l’ambiance très chaude, et «Toxic», où elle apparaît à peine «vêtue» de brillants dispersés sur le corps. Chez Christina, le clip d’anthologie reste «Dirrrty». La miss, qui s’est entre temps acoquinée avec Missy Elliott et Lil’Kim pour la BO du film «Moulin Rouge», veut se démarquer de Britney, qui clame alors qu’elle est toujours vierge et tourne dans un navet, pour prouver qu’elle n’a rien d’une petite fille sage. Sur ce point, Christina gagne par KO.



Chez chacune, les prestations live sont autant d’occasion de faire valoir son déhanché et sa poitrine haut perchée.





Le point culminant de leur lutte à distance sera leur réunion sur scène, lors des MTV «videos music awards», en 2003, sous la houlette de Madonna avec laquelle elles échangeront un baiser avant de s’embrasser elles aussi.



Vocalises: Britney 0 – Christina 1

Si Christina Aguilera peut se targuer d’avoir quelques octaves dans la voix, Britney reste une accro au playback. Et pour cause.






Christina est aussi celle qui prend le plus de risque artistiques, cassant son image de chanteuse sexy mais lisse pour tendre vers plus de recherche esthétique, voire de profondeur.



La traversée du désert: Britney 1 – Christina 0


Arrivées au top, les deux chanteuses s’effondrent. En 2002, Britney se fait larguer par Justin Timberlake, qui est encore le loser du boys band Nsync. Les révélations shocking pleuvent: elle a menti sur sa virginité, l’aurait trompé et aurait un goût immodéré pour l’alcool et les fêtes. Elle se suicidera même dans le clip «Everytime», qui sera censuré, la version officielle préférant opter pour l’incident. Entre 2004 et 2007, elle opte pour une «pause» dans sa carrière, épousant Kevin Federline avec lequel elle aura deux enfants. Elle enchaîne les soirées arrosées et fait la joie des paparazzi qui ne la lâchent plus. Un pétage de plomb plus tard, Britney passe du statut de chanteuse sans cervelle qu’on adore détester à celui d’icône people. Même au fond du trou, Britney fascine quand Christina Aguilera laisse indifférent.

Le retour en grâce: Britney 1 – Christina 1


Devant l’impossibilité de s’imposer sur le terrain de Britney, Christina Aguilera revient avec «Back to the basics», un album qui puise son inspiration dans les années rétro et prend tout le monde de court. Mais le succès sera au rendez-vous.



Malgré sa prestation désastreuse lors des MTV «videos music awards» 2007, où Britney apparaît égarée et traînant son corps alourdi, son album «Blackout» rafle plusieurs prix.



La suite: Britney 1 – Christina 0

Le prochain album de Britney, «Circus», qui sort le 2 décembre, est très attendu. Le premier extrait, «Womanizer», a déjà été adoubé par la critique et récupéré par la série «Gossip Girl» pour une opération de promotion.



De son côté, Christina ne se foule pas et propose «Keeps Gettin' Better: A Decade Of Hits», une compilation de ses tubes. Le clip du premier extrait de l’album, «Keeps Gettin' Better», surfe sur la même autosuffisance: on y voit une Christina observer ses différentes facettes avec fierté. Pire: le clip semble être un spin-off de «Toxic». On en revient toujours à Britney.

Verdict: Britney 4 - Christina 3

Une fois de plus, Britney Spears devance Christina Aguilera. Même si cette dernière a gagné ses galons d’artistes, écrivant ses chansons et réalisant quelques-uns de ses clips, Britney Spears jouit d’un capital de sympathie énorme, de celui qu’ont les stars qu’on a vu grandir et qui font partie de la famille.