Blousons noirs pour nuit blanche

- ©2008 20 minutes

— 

Anniversaire pluvieux, anniversaire heureux ! Jeudi dernier, le Baron n'est pas gâté pour fêter ses 4 ans. Entre la pluie torrentielle et le froid polaire, il ne faut pas avoir laissé son courage au frigo pour se rendre au microclub, situé à deux pas des Champs-Elysées. Et pas question de se pointer à l'entrée avec une doudoune à capuche. Le dress code de la soirée se veut aussi strict qu'un prof de maths de lycée.

Cette année, un look psychobilly, en référence au courant musical mêlant punk et rockabilly, est exigé. A minuit, les modeux réajustent leurs bananes en attendant impatiemment l'ouverture des portes. Quel­ques mètres plus loin, dans l'entrée, deux maquilleuses peaufinent le style des premiers convives. A l'intérieur, le club a fait péter la déco. Les tables sont recouvertes de nappes à damier, un flipper vintage jouxte la table de mixage et une calandre de Cadillac trône à l'entrée des toilettes. On se croirait dans un remake déjanté de Grease, les chansons cucu en moins.

Entre deux potins, les branchés filent se rafraîchir le gosier. Une fois n'est pas coutume au Baron, le bar est open. Champagne et vodka à gogo, rien de tel pour réchauffer l'ambiance. La petite piste de danse est vite prise d'assaut par une horde de mannequins qui se tortillent lascivement.

A 2 h, une seconde vague de fêtards débarque. Parmi eux, on distingue quelques bouilles connues. Ora-ïto, le petit prince du design assure la promo de awdio.com, sa webradio branchouille qui lance sa nouvelle formule. Pas loin, le chouchou de ses jeunes dames, Gaspard Ulliel, sirote son verre. L'acteur n'a pas osé le déguisement. Dommage... Pendant ce temps, Monsieur Boo enchaîne les pépites derrière les platines. C'est l'hystérie. Au point de faire couler le make-up et tomber les coiffures des fêtardes invétérées. Au petit matin, le souffle est retombé. Il serait presque temps d'aller fêter Hallo­ween, mais zut, il pleut encore.

Sur www.20minutes.fr

Retrouvez toute l'actu people du week-end