Java globalisée pour jeunes branchés

- ©2008 20 minutes

— 

Le buzz avait fait le tour des nuits parisiennes. Une vidéo virale hilarante parodiant l'univers du porno annonçait il y a quinze jours la xXx Party de Diesel. Invitation finement taillée dans l'acier, lieu énigmatique rebaptisé « L'En­tre­pôt » du côté de la porte de Saint-Cloud, navettes ramenant les convives dans le centre de la capitale... De toute évidence, la marque italienne de jeans a vraiment mis le paquet pour fêter dignement son vingtième anniversaire samedi soir.

Outre ces détails techniques fort agréables, c'est surtout le concept de la soirée qui était à tomber par terre : dix-sept villes faisant la nouba simultanément, au son des DJ les plus hypes de la planète. De Tokyo à Sâo Paulo, quasiment l'ensemble des fuseaux horaires étaient couverts par cette série de méga-javas. A Paris, c'est l'incontournable Pedro Winter qui était en charge de la musique. Rêvant de recréer l'esprit d'une véritable block party dans un gymnase aux dimensions XXL, le boss du label Ed Ban­ger a fait la part belle au hip-hop hardcore, laissant juste s'échapper quelques titres plus dance au milieu d'hymnes crunk.

Autre bonne nouvelle, les organisateurs ont eu la riche idée d'ouvrir les portes de leur « Entrepôt » à une foule de kids qui avaient gagné leur invitation sur le site Face­book. De quoi remplir le lieu d'une horde de wannabe branchés plutôt fun et laisser ainsi planer un vent de démocratisation dans le réseau sclérosé des fêtes privées.

Ces teufeurs du troisième millénaire ont apporté à la soirée son brin de folie. Et il fallait mettre une sacrée ambiance pour rivaliser avec les fiestas à Milan ou Stockholm, retransmises en direct sur des écrans géants dispatchés dans la salle. A Paris, on ne fait pas un pas sans croiser des déguisements déjantés ou des mannequins de toute beauté. Seul petit bémol, les apprentis fêtards ont soif, très soif, et les multiples open bars sont vite pris d'assaut. En ces temps économiquement incertains, les producteurs d'alcool peuvent se frotter les mains. Leur petite entreprise ne semble pas connaître la crise.

Sur www.20minutes.fr

Retrouvez les infos people du week-end