Duffy réussit à ne pas soûler Bobino

- ©2008 20 minutes

— 

C'est devenu une petite institution. Chaque année, le label AZ organise une grande nouba à Bobino, à deux pas de la tour Montparnasse à Paris. Le cabaret accueille une pelletée d'artistes « maison » qui se produisent tout au long de la soirée.

Jeudi, donc, on débarque à 21 h dans la salle des fêtes. Daniela Lumbroso truste déjà le bar alors qu'Armande Altaï, l'ex-prof de chant de la « Star Academy », s'est réfugiée dans un des carrés VIP. Valéry Zeitoun, le patron du label, accueille ses invités et son chef, le boss d'Universal Music France, Pascal Nègre. Après la pop-rock anecdotique d'Alexandre Kinn, les convives attendent Duffy, la chanteuse qui agite les charts ce printemps. Souvent qualifiée d'« Amy Wine­house à l'eau de source », la Britan­nique pointe le bout de son nez vers 23 h. Accueillie par Zeitoun, l'artiste se prête brièvement au jeu des questions-réponses : « J'adore la France, c'est mon deuxième pays préféré après le pays de Galles. J'aime leur côté French lover, mais je n'ai jamais pratiqué le sexe avec un Français. » Dommage.

En attendant le show, Régine, qui signera en septembre son grand retour dans les bacs, prend la pose avec Alain Chamfort. Minuit, Duffy monte sur scène sous un tonnerre d'applaudissements. La soul de la petite Galloise retentit avec bonheur dans toute la salle. La voix est incroyablement pure. Lors de son fi­nal, Duf­fy entonne son tube Mer­cy. Beig­beder est sous le charme, Armande Altaï aussi : « Au début de la soirée, j'ai pris peur. Les jeunes artistes n'étaient pas assez mûrs, explique-t-elle. J'ai même mis des bouchons dans les oreilles pour amortir les sons. Duffy, elle, a assuré. »

En sortant, on tombe sur Daniel Darc qui a fait la première partie du concert annulé de Pete Doherty au Grand Rex. L'ex-chanteur de Taxi Girl est crevé. Bonne nouvelle, nous aussi. Après une tendre accolade et un dialogue de sourds, on file au lit, chacun de son côté.

Sur www.20minutes.fr

Retrouvez toute l'actu people