Donatella Versace revient sur ses années d’addiction à la cocaïne après la mort de son frère Gianni

CONFIDENCES Elle se confie sur sa carrière alors que ces dernières semaines ont été marquées par la diffusion d'une série non-autorisée sur la mort de son frère Gianni...

L.B.

— 

Donatella Versace le 26 février 2018
Donatella Versace le 26 février 2018 — Domenico Stinellis/AP/SIPA

Donatella Versace, directrice de la célèbre maison de couture Versace, revient sur « le deuil, la dépendance et le pouvoir des blondes » dans une interview fleuve à Ssense publiée cette semaine.

Elle se penche sur sa carrière alors que les dernières semaines ont été marquées par la diffusion de la saison 2 de la série American Crime Story qui retrace l’histoire du meurtre de Gianni (la série n’a pas été autorisée par la famille du créateur).

« J’ai fait erreur après erreur »

Elle raconte comment « le monde s’est arrêté » quand on lui a annoncé la mort de Gianni. Quand elle a repris les rênes, Donatella est tombée dans la cocaïne. « J’ai fait erreur après erreur, et j’ai essayé de redonner Gianni aux gens. Mais, ce n’était jamais assez Gianni. Dès que j’essayais quelque chose de nouveau, les gens secouaient la tête et disaient : "Qu’est-ce qu’elle fait encore ?" », confie-t-elle.

Elton John est intervenu pour lui venir en aide et la désintoxiquer. « J’étais allée à un de ses concerts quelques jours auparavant. Plutôt que de me fondre dans la foule, je suis restée à côté de la scène, je pleurais, pleurais et pleurais. Je ne savais pas pourquoi je pleurais. Elton me regardait constamment pendant le spectacle. Ce soir-là, il a probablement compris que j’avais besoin d’aide ». Elle est partie pendant cinq semaines dans un centre de désintoxication.

« Ce qui était pire que l’état de manque c'était le choc de la réalité quand je suis sortie. La drogue m’avait empêchée de voir à quel point il y avait des éléments négatifs qui entouraient l’entreprise », souligne celle qui a créé « une Donatella froide, distante, agressive, effrayante » pour se cacher. « Qui veut porter la marque d’un créateur faible, instable, qui perd la tête à cause de la drogue et qui donc se méprise ? Personne ! », lâche-t-elle. Aujourd’hui, elle a fait le ménage dans sa maison de couture.

>> A lire aussi : Pourquoi «American Crime Story: The Assassination of Gianni Versace» est-elle une série controversée?