Le réalisateur James Toback ne sera pas poursuivi pour harcèlement sexuel

HARCELEMENT En tout cas pas à Los Angeles...

20 Minutes avec agences

— 

Le réalisateur James Toback
Le réalisateur James Toback — WENN

Le procureur du district de Los Angeles a décidé de ne pas poursuivre le réalisateur James Toback pour crimes sexuels, gageant que les faits sont prescrits. Pourtant, le réalisateur fait l’objet de pas moins de cinq plaintes dont la plus ancienne remonte à 1978.

Selon Variety, dans trois des cas, James Toback est accusé de s’être frotté aux victimes et de s’être masturbé. Et même si l’une des accusations remonte seulement à 2008, un délai de prescription d’un an empêche toute poursuite.

Jusqu’aux orteils

Dans un cas remontant à 1993 dans une suite du Berverly Hills Hotel, James Toback aurait demandé à une femme une relation sexuelle que celle-ci a refusée. Après quoi il serait venu se frotter à sa jambe, et bien qu’elle fut habillée, il aurait éjaculé. Le réalisateur aurait alors récidivé pas moins de quatre fois en quelques heures, jusqu’à se frotter à une des chaussettes de la plaignante.

En janvier dernier, le Los Angeles Times expliquait que 395 femmes les avaient contactés afin de dénoncer le comportement de James Toback, qui, pour sa part, a tout nié en bloc.