L'actrice Evan Rachel Wood, battue et violée, témoigne devant le Congrès américain

TEMOIGNAGE « Je me suis réveillée à côté de l’homme qui prétendait m’aimer et qui violait ce qu’il pensait être mon corps inconscient », a raconté la star de « Westworld »...

Anne Demoulin

— 

Evan Rachel Wood est Dolores dans la série «Westworld».
Evan Rachel Wood est Dolores dans la série «Westworld». — HBO

Un bouleversant témoignage. La star de la série Westworld, Evan Rachel Wood, s’est exprimée devant la Commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants, aux États-Unis ce mardi.

« Mon nom est Evan Rachel Wood. Je suis une artiste. Mais je suis surtout une survivante de violences domestiques et d’agressions sexuelles. Ainsi que la mère célibataire d’un jeune garçon », a-t-elle commencé.

« Mon expérience avec les violences domestiques a été toxique, mentalement, physiquement, avec des abus sexuels qui ont commencé doucement puis se sont intensifiés au fil du temps », a confié l’artiste. L’actrice a entre autres subi « des menaces de mort, des brûlures au gaz, du lavage de cerveau ».

« Il me ligotait les mains et les pieds pour me torturer »

« Je me suis réveillée à côté de l’homme qui prétendait m’aimer et qui violait ce qu’il pensait être mon corps inconscient. Le pire, ce sont les rituels malsains : il me ligotait les mains et les pieds pour me torturer mentalement, physiquement et "tester mon amour". J’étais attachée, battue, et je devais entendre des choses innommables, j’avais vraiment l’impression que j’allais mourir parce que non seulement il me disait qu’il allait me tuer mais j’avais peur de courir. Il me trouverait. »

Plus tard, elle croise un autre agresseur. « Mon corps savait instinctivement ce qu’il fallait faire : disparaître, devenir insensible, le faire partir. Avoir été maltraitée et violée par le passé a rendu ce deuxième viol plus facile et non l’inverse », a expliqué l’actrice. « Sept ans après mes viols, au pluriel, j’ai été diagnostiquée en état de stress post-traumatique sur le long terme. Et j’ai vécu avec ça sans le savoir, je pensais que je devenais folle. »

Never again. But never forget. #RISE #SurvivorsBillOfRights #evanindc

A post shared by Evan Rachel Wood (@evanrachelwood) on

L’actrice se sert de sa notoriété et milite avec Amanda Nguyen et Lauren Libby, qui travaillent pour l’association défendant les droits des victimes de viol Rise, et Rebecca O’Connor de RAINN, la plus grande ONG américaine d’aide aux victimes de violences sexuelles, pour qu’une loi soit adoptée dans tous les États américains, le Sexual Assault Survivors’Bill of Rights Act.

L’adoption de ce texte permettrait d’accorder aux victimes notamment un examen médico-légal gratuit et de recevoir une trousse avec les outils nécessaires afin de collecter des preuves d’agressions sexuelles. Pour l’heure, cette loi n’a été adoptée que dans 9 États. Evan Rachel Wood a tenté à deux reprises de mettre fin à ses jours. Ce mercredi, elle a partagé sur Instagram sa fierté d’écrire l’histoire. « C’est une aube nouvelle, c’est un jour nouveau, c’est une nouvelle vie pour moi », a-t-elle posté après avoir témoigné.

L’actrice se sert de sa notoriété et milite pour qu’une loi bien spécifique soit adoptée dans les cinquante États américains.

Cette loi, c’est le Sexual Assault Survivors’Bill of Rights Act. Votée au niveau fédéral en 2016 par Barack Obama, elle représente une avancée majeure pour les victimes de viol.