Beyoncé accuse une femme de vouloir lui extorquer de l'argent

PEOPLE Elle aurait demandé à la chanteuse 10 millions de dollars pour abandonner le nom de sa marque Blue Ivy Company...

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Beyoncé
La chanteuse Beyoncé — WENN

La chanteuse Beyoncé et ses avocats pensaient régler l’affaire facilement. Persuader Veronica Morales, fondatrice de l’entreprise d’organisation de mariages Blue Ivy (le prénom de la fille aînée de la chanteuse), d’abandonner le nom de son business sans procès. Il n’en est rien.

A post shared by Beyoncé (@beyonce) on

Si Veronica Morales a accepté une rencontre cordiale pour des négociations, ce n’était pas pour repartir les mains vides. Selon les documents obtenus par TheBlast, l’entrepreneuse aurait proposé une tout autre option à la superstar : lui vendre l’affaire pour 10 millions de dollars et travailler avec elle.

>> A lire aussi : Occitanie: Popeyes, le fast-food préféré de Beyoncé, débarque en France avec son poulet frit

Un coup de poker

Une chose est sûre, les représentants de Beyoncé ne s’attendaient pas à ça et elle non plus. Mais Veronica Morales ne s’est pas démontée et à présenter à la chanteuse tous les avantages qu’elle retirerait en ajoutant une affaire d’organisation de mariages à ses activités.

A post shared by Beyoncé (@beyonce) on

Pour sa part, l’entrepreneuse abandonnerait le nom et prodiguerait son expertise à la société nouvellement acquise. Inutile de préciser que cette option n’a pas été du goût de Beyoncé qui ne devrait pas tarder à partir en justice pour préserver le nom de sa fille aînée, Blue Ivy Carter.