Selon Louis Sarkozy, «si tu es seul chez toi et que tu prends de la cocaïne, tu ne fais de mal à personne»

YOLO Louis Sarkozy, fils de l'ancien président de la République, a expliqué dans une interview pourquoi il était pour la légalisation des drogues...

C.B.

— 

Louis Sarkozy vient de signer une tribune prônant la légalisation des drogues. (Illustration)
Louis Sarkozy vient de signer une tribune prônant la légalisation des drogues. (Illustration) — JOHN SPENCER/SIPA

Louis Sarkozy a décidé de se faire un prénom en devenant éditorialiste. Le 9 février, le fils de l’ancien président de la République s’est exprimé sur le Washington Examiner, un site conservateur américain, pour affirmer qu’il était pour la légalisation des drogues. Le site français Vice a interviewé le jeune homme pour creuser un peu le sujet avec lui.

Vice demande à Louis Sarkozy si son père ne s’est pas étranglé en lisant ses lignes. Réponse sans détours : « Pour être tout à fait honnête, j’ai une relation très personnelle avec mon père. Sa vie, c’est la politique, et je ne peux en rien l’embêter avec ça. Nos conversations politiques sont quasiment inexistantes, et c’est très bien comme ça. On parle beaucoup plus de foot et du PSG. » Du côté de Cécilia Attias, c’est tout aussi simple : « J’ai reçu le soutien inconditionnel de ma mère, comme toujours d’ailleurs. »

Objectifs : devenir américain et parler des sujets difficiles

« De plus, j’entame les procédures pour devenir Américain, rappelle celui qui parle franglais à ses interlocuteurs. Je vais donc devoir payer mes impôts ici, et comme tout bon citoyen, j’aimerais savoir où mes impôts vont aller. » Une des raisons de ce choix est assez simple : « J’ai désormais passé plus de temps aux Etats-Unis qu’en France. J’ai fait mon éducation dans une école militaire américaine, où je n’avais littéralement pas le droit de parler français. Donc la quasi-totalité de mon éducation intellectuelle, politique et philosophique a été faite aux Etats-Unis. Ce qui m’a surtout influencé, c’est la culture du libre-échange et du débat, qui est inculqué depuis le plus jeune âge aux Américains. »

View this post on Instagram

🌇😎

A post shared by Louis Sarkozy (@sarko_junior) on

Sur ses positions en ce qui concerne la drogue, Louis Sarkozy explique ses pensées : « Le gouvernement doit persécuter le behaviour [comportement] du citoyen. Ta liberté en tant qu’individu s’arrête au moment où celle d’un autre commence. Quand tu prends la voiture intoxiqué par un verre de whisky ou un joint, tu mets en danger la liberté des autres. Mais si tu es seul chez toi et que tu prends de la cocaïne ou de la méthamphétamine tu ne fais de mal à personne. C’est un peu plus controversé de le dire, mais c’est ce que je pense. »

Un coach pour aller plus loin dans sa réflexion

Rassurez-vous, Louis Sarkozy n’est pas seul dans sa réflexion pour révolutionner les sociétés françaises et américaines. « J’ai un coach qui m’aide, parce que j’ai du mal à être clair parfois, concède-t-il. Le prochain sujet sera sur l’affirmative action, cette loi qui fait qu’un étudiant noir à l’université a des tests moins élevés qu’un étudiant asiatique par exemple pour assurer un pluralisme d’ethnicité et de pigmentation de peau dans les universités. Je veux écrire là-dessus, ce qui aura aussi sûrement des retours controversés. » On n’en doute pas.