Rosanna Arquette affirme avoir été réduite au silence sur Harvey Weinstein

HARCELEMENT L'actrice assure que des femmes de la profession lui ont déconseillé de parler...

20 Minutes avec agences
— 
L'actrice Rosanna Arquette
L'actrice Rosanna Arquette — WENN

L’actrice Rosanna Arquette voulait parler du harcèlement dont elle était victime de la part d’Harvey Weinstein… mais on l’a forcée à se taire. C’est la révélation-choc de son interview dans le magazine NextTribe. La comédienne raconte comment le producteur déchu, dans les années 1990, aurait tenté d’obtenir d’elle des faveurs sexuelles dans une chambre d’hôtel. Avances qu’elle a refusées, mais lorsque l’actrice s’est plainte de l’attitude d’Harvey Weinstein à ses collègues et à ses agents, on lui a conseillé de garder le silence.

« J’ai tout raconté à plusieurs personnes du milieu. Je ne l’ai jamais caché. Mais à chaque fois que j’en parlais, on me disait ''si j’étais à ta place, je fermerais ma bouche''. Même de la part de femmes, des agents. J’ai entendu leurs mises en garde et je me suis dit ''ok, personne ne va me croire, on va lui raconter ce que j’ai dit, je suis foutue'' », explique-t-elle dans l’interview.

>> A lire aussi : VIDEO. Mis en cause par plusieurs femmes, Steven Seagal est désormais accusé de viol

Une actrice blacklistée

D’après l’actrice, cet événement aurait fait du mal à sa carrière : « Peut-être qu’Harvey, pendant une soirée, a dit de moi ''Ne travaille pas avec elle. C’est une emmerdeuse''. Il avait ce pouvoir-là… En tout cas, j’étais au top et je me suis retrouvée d’un seul coup dans le caniveau. Beaucoup de réalisateurs m’ont avoué récemment qu’ils me voulaient pour tel ou tel rôle. Mais tellement de gens, des agents, des producteurs, des managers ont été complices de cette situation », déclare-t-elle.

A post shared by Ro (@rosannaarquette) on

À 58 ans, Rosanna Arquette encourage aujourd’hui les femmes à parler, et, avec son association, elle se bat pour protéger les femmes et les enfants de l’exploitation sexuelle : « J’ai été victime de harcèlement sexuel, mais on ne m’a pas violée. Mais certaines de mes amies l’ont été… et certaines refusent de parler et de dire qui elles sont parce qu’elles ont été trop marquées. »