Dans ses mémoires, Nick Nolte raconte l'histoire qui se cache derrière son «mugshot» viral de 2002

REVELATION Il n’avait en effet pas bu que de l’eau…

20 Minutes avec agences

— 

Nick Nolte aimait bien se détendre avec un peu de GHB avant d'aller à ses réunions des alcooliques anonymes...
Nick Nolte aimait bien se détendre avec un peu de GHB avant d'aller à ses réunions des alcooliques anonymes... — VISUAL

L’acteur Nick Nolte sort ses mémoires, un livre intitulé Rebel dans sa version américaine, et People en publie les bonnes feuilles, dont un passage sur son arrestation très médiatisée en 2002. Le comédien n’en est pas fier, mais il a tenu dans son ouvrage à revenir sur cet événement et sur comment il est passé, en dix ans, « d’homme le plus sexy vivant selon People » en 1992 à « un fou ».

>> A lire aussi : Nolte s'en sort nickel

Ainsi apprend-t-on ce qui se cache derrière cet air hagard sur le « mugshot » (photographie d’identité judiciaire) du comédien qui cette année-là a fait le tour du monde : le GHB. « A dose forte, je me sentais super bien, mais je savais que je répétais avec le GHB le cycle addictif dans lequel j’étais auparavant », a-t-il confié à la publication.

Après l’effort, pas trop de réconfort

Nick Nolte écrit également qu’en sortant de la salle de sport ce jour-là, il avait décidé de se détendre en prenant du GHB, et ce, avant de se rendre à une réunion des Alcooliques anonymes. Le psychotrope faisant un peu trop effet alors qu’il était au volant de son véhicule, l’acteur a donc décidé de rentrer chez lui. C’est sur le chemin qu’il s’est fait arrêter par la police.

« J’étais mal et je conduisais sur la Pacific Coast Highway. On m’a dit que six conducteurs ont appelé les urgences pour signaler une grosse berline qui zigzaguait du mauvais côté de la route », peut-on lire dans les bonnes feuilles.

La photo d’identité pris à la suite de son arrestation a fait le tour du monde. « Elle est devenue virale ; mes cheveux dans tous les sens, mon expression troublante, je ressemblais à un fou échappé de l’asile », écrit encore Nick Nolte. C’est d’ailleurs dans une « institution psychiatrique renommée » que Nick Nolte s’est par la suite rendu, afin de se sevrer de ses addictions. Une cure de trente jours qui a porté ses fruits, l’acteur ajoutant qu’il se sent aujourd’hui un « homme nouveau et chanceux ».