Mort de France Gall: Françoise Hardy était une grande fan

DISPARITION Françoise Hardy rend hommage à la chanteuse disparue dimanche, et confie être une fan inconditionnelle, avoir tous ses disques, être allée à tous ses concerts...

V. J.

— 

Françoise Hardy en 2006.
Françoise Hardy en 2006. — BALTEL/SIPA

Depuis la disparition de France Gall dimanche à l’âge de 70 ans, les hommages se multiplient pour saluer l’icône de la chanson française. Lundi matin, Françoise Hardy a ainsi confié au micro d'Europe 1 qu’elle n’était peut-être pas une proche de la chanteuse, mais assurément une de ses plus grandes fans : « Je ne peux même pas dire que nous étions amies. Mais j’étais vraiment une fan de France Gall. J’ai tous ses disques, j’allais la voir chanter à chaque fois qu’elle faisait une scène à Paris. Je connaissais tout, pas par cœur, mais presque. »

>> Mort de France Gall: «Avec ses chansons, elle a marqué plusieurs générations», explique Fabien Lecoeuvre

 « On se disait que chanter après 40 ans, ce n’était pas possible » 

Françoise Hardy a insisté sur le sens du rythme de l'interprète de Ella elle l’a et Résiste : « C’est ce qui la qualifie en tant que chanteuse. Elle a amené quelque chose de différent. Dans les années où elle a commencé à travailler, Véronique Sanson, Michel Berger et elle ont amené une façon d’interpréter, un phrasé très rythmique, différent de celui assez binaire auquel on était habitué. »

>> Mort de France Gall: «Une part de ma vie s'en va avec toi», la réaction émue de Julien Clerc à l'annonce de la mort de son ex-compagne

Elle se souvient aussi, avec amusement, d’un concert, où elle était allée les saluer en coulisses, elle et Michel Berger : « Tous les trois, on se disait que chanter après 40 ans, ce n’était pas possible, c’était presque indécent. » 

Pourtant, ce sont ces mêmes chansons qui resteront : « Toutes les époques partent, tout part, mais il y a des choses qui restent. J’ai toujours pensé que des chansons que l’on peut qualifier d’intemporelles seront toujours là. »