Clara Morgane répond avec humour aux attaques du descendant de la maison Cazanove

INFO «20 MINUTES» La collaboration de Clara Morgane avec une maison de champagne avait fait réagir un descendant, elle lui répond sans détour...

Claire Barrois

— 

Clara Morgane en chat chez 20 Minutes, le 8 octobre 2015.
Clara Morgane en chat chez 20 Minutes, le 8 octobre 2015. — Charlotte Gonthier/20 Minutes

Il est des colères qui méritent d’être prises avec du recul, et c’est ce que Clara Morgane a décidé de faire. Alors que la jeune femme vient de lancer une cuvée de champagne « spéciale rosée, gourmande et fruitée » avec la maison de Cazanove, elle a été la cible d’attaques de la part de l’un des descendants de la marque, le comte Loïc Chiroussot de Bigault de Cazanove.

>> A lire aussi : Clara Morgane sort un champagne avec la maison de Cazanove, un descendant saisit la justice

Alors que ce dernier a assigné en référé devant le tribunal de grande instance de Lille la SAS Charles de Cazanove et exige que le nom « de Cazanove » soit retiré de la cuvée Clara Morgane, la jeune femme lui répond aujourd’hui avec humour dans un communiqué et lui propose même « de lui faire parvenir une bouteille afin qu’il puisse passer un bon moment d’émotion libératrice. »

« J’imagine que sa petite colère l’a empêché de goûter à notre délicieux nectar »

« Aujourd’hui Charles de Cazanove est une grande maison de champagne à laquelle je me suis associée, explique la chanteuse dans un communiqué. Ce monsieur CHIROUSSOT, arrière petit neveu de la famille, aurait dû se poser la question de la volonté de ses ancêtres avant la vente de leur nom et cela, il y a bien longtemps. J’imagine que sa petite colère l’a empêché de goûter à notre délicieux nectar. Je lui propose de lui faire parvenir une bouteille afin qu’il puisse passer un bon moment d’émotion libératrice. »

>> A lire aussi : Privée de champagne, elle disjoncte et force l’avion à atterrir d’urgence

Un message léger et juste que Clara Morgane a tenu à faire passer à cet homme qui pourrait se servir de cette action en justice pour se faire un nom. De son côté, la maison de champagne a elle aussi tenu à mettre les choses au clair dans un communiqué : « La Maison Charles de Cazanove, dont la marque est commercialisée depuis 1811, est surprise de la teneur des propos rapportés par voie de presse, et de l’action intentée par Monsieur Loïc CHIROUSSOT. »

Une « collaboration très appropriée »

La marque ajoute que « la Maison Charles de Cazanove assume avec fierté sa collaboration très appropriée avec Madame Clara Morgane, pour la mise en avant de ce produit emblématique du terroir, de la tradition et de l’excellence française, qu’est le vin de Champagne. »

Une mise au point qui devrait laisser le comte Loïc Chiroussot de Bigault de Cazanove qui s’est dit « véritablement choqué par cette association », la gorge sèche. Reste à la justice de trancher, l’audience est fixée au 9 janvier 2018.