VIDEO. Hommage à Johnny Hallyday: Une cérémonie «émouvante», qui restera «gravée à tout jamais» dans le coeur des fans

REPORTAGE Les fans ont confié leur ressenti sur l’hommage et la cérémonie qui a rassemblé entre 800.000 et un million de personnes…

Anne Demoulin

— 

Des fans de Johnny Hallyday attendent place de la Madeleine l'hommage populaire à Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017.
Des fans de Johnny Hallyday attendent place de la Madeleine l'hommage populaire à Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017. — BERTRAND GUAY/AFP

Une immense ferveur populaire. Sur les Champs-Elysées, place de la Concorde et devant l’église de la Madeleine à Paris, entre 800.000 et 1 million de personnes, selon la préfecture de police, se sont rassemblées ce samedi pour rendre un dernier hommage à Johnny Hallyday. Dans la foule, de nombreux fans du chanteur étaient présents.

« Johnny, c’était mon idole, même si certains ne comprennent pas qu’à 19 ans on puisse l'aimer », confie à 20 Minutes Delphine, venue en famille depuis l’Essonne pour saluer celui que lui a fait connaître son père. « Ils ont mis le paquet et on ne regrette pas d’avoir bravé le froid et d’être restés debout depuis 7 heures du matin. On n’en revient pas qu’il soit parti, pour nous il sera toujours là », raconte-t-elle encore. « C’est difficile de se dire qu’il est parti », ajoute Caroline, 27 ans, qui l’accompagne.

« La cérémonie était très émouvante, j’ai pleuré »

« Mes parents étaient fans et c’est pour ça que je m’appelle Johnny », raconte cet autre admirateur, âgé lui de 31 ans. « J’ai été bercé par ses disques et j’ai suivi le mouvement », poursuit-il. L’homonyme d'Hallyday est arrivé à 5 heures du matin pour célébrer la mémoire du chanteur, « malgré le froid ». Un effort qu’il ne regrette pas : « La cérémonie était très émouvante, j’ai pleuré. C’est le plus gros hommage qu’on pouvait lui faire, ça ressemble à Johnny, excusez-moi, je suis très ému encore. » « Je l’ai vu plusieurs fois en concert, je l’ai rencontré, j’ai même des photos sur mon téléphone de mes parents avec lui. Ce sont des bons souvenirs qui resteront gravés », conclut-il.

« C’était très émouvant. C’était une belle cérémonie. Tout a été dit comme il faut. Les intervenants, Patrick Bruel, Jean Reno, Line Renaud, Carole Bouquet, Sandrine Kiberlain… Ils ont tous été impeccables », juge de son côté Marcel, 57 ans, qui a fait le déplacement tout spécialement de Caen. « Ses musiciens ont eu bien du courage de jouer dans ces circonstances, je leur tire mon chapeau », tient-il à souligner. « On a eu la chance d’être juste devant les barrières et on a vu passer son corps. Ce moment va rester graver à tout jamais », raconte-t-il, visiblement encore ému.

Un seul regret: que l’hommage de la façade de la mythique salle de concerts de l’Olympia, où le rocker avait effectué le plus de spectacles au cours de sa longue carrière, ait été retiré quelques instants après la cérémonie : « Je ne suis pas d’accord que Olympia enlève si vite Johnny Hallyday, ce n’est pas du tout ce qui était prévu, il devait rester jusqu’à demain », déplore-t-il. « Tous les fans qui sont venus sont déçus. Je voulais faire une photo et ce n’est plus possible », regrette celui qui a vu son chanteur favori pour la première fois il y a longtemps « en mobylette ».

« C’est jamais assez »

« De fil en aiguille, j’ai assisté à tous ces concerts, celui au Parc des Princes, le Stade de France, le Zénith de Caen. En 2005, j’ai eu la chance de pouvoir lui serrer la main à l’occasion d’un entracte pendant une émission spéciale de Michel Drucker qui lui était consacrée », se souvient-il. « Ça, c’est là », précise-t-il les larmes en yeux, en montrant son cœur et en saluant « un grand monsieur ». « Il n’y a plus personne pour le remplacer, c’était le plus grand. C’était le patron. »

Même constat pour Hugues, 65 ans, Parisien venu rendre hommage au show man avec Amarine, 67 ans, venu d’Amsterdam : « J’ai vu pas loin de 1.500 concerts et au niveau scénographie, Johnny Hallyday est imbattable ». « Je l’ai vu six fois en concert. Il fait partie des trois que j’ai vus le plus souvent avec les Stones et Paul McCartney ». La cérémonie ? « C’est jamais assez… on aurait pu en mettre encore plus », juge Amarine.