L'ONU critique Kate Moss et Amy Winehouse

Sa. C. avec agence

— 

La princesse britannique de la soul Amy Winehouse, émergeant d'un repos forcé dû à ses démêlés avec l'alcool et la drogue, est remontée sur scène mercredi soir, à Birmingham, sous les huées du public.
La princesse britannique de la soul Amy Winehouse, émergeant d'un repos forcé dû à ses démêlés avec l'alcool et la drogue, est remontée sur scène mercredi soir, à Birmingham, sous les huées du public. — Leon Neal AFP/archives

Le directeur de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) épingle la chanteuse Amy Winehouse et le mannequin Kate Moss. Dans un entretien publié dimanche dans l' «Observer», il dénonce le comportement des deux stars, coupables à ses yeux d’attiser les problèmes de drogue dans le monde.
 
Mauvais exemple

 
Selon Antonio Maria Costa, de nombreuses stars, dont les deux Britanniques qui ont déjà connu des problèmes de drogue, montrent le mauvais exemple. Une attitude contrastant, pour lui, avec celle des chanteurs Bono et Bob Geldof, militants de la cause humanitaire en Afrique. «Quand quelques personnes célèbres tentent de sauver l'Afrique, d'autres contribuent à son effondrement», estime-t-il. «Les "fashionistas" qui sniffent de la cocaïne n'endommagent pas seulement leur nez et leur cerveau, elles contribuent aussi à la déliquescence des Etats à l'autre bout du monde.»
 
Et le directeur de l’ONUDC de s’interroger: «Amy Winehouse peut se poser en rebelle en chantant avec la voix écorchée "Rehab", mais réalise-t-elle quel message elle envoie aux autres qui sont dépendants de la drogue et ne peuvent se permettre de payer un traitement trop cher?». «Est-ce que de telles stars qui font étalage de leur consommation de drogue sont au courant des dommages provoqués par le trafic de drogue de l'Amérique du Sud vers l'Europe en passant par l'Afrique?», demande-t-il encore. «Pour chaque rebelle avec une cause, il y en a dix autres qui n'y comprennent rien.»
 
Amy «tente d’aller mieux»

 
Un porte-parole d'Amy Winehouse a rejeté ces accusations. «Amy ne s'est jamais exprimée sur la drogue, ni n'en a fait la promotion d'une quelconque manière», a-t-il déclaré à l'Observer. «Elle a eu des problèmes et tente d'aller mieux», a-t-il ajouté, faisant référence aux nombreuses cures de désintox’ de la chanteuse.