Amber Heard évoque les violences domestiques

VIOLENCE L'actrice avait demandé le divorce de Johnny Depp l'accusant de violence autant psychologique que physique...

20 Minutes avec agences

— 

L'actrice Amber Heard à l'avant-première de Justice League
L'actrice Amber Heard à l'avant-première de Justice League — WENN
  • Amber Heard a été marié un an à Johnny Depp. 
  • Lorsqu'elle a demandé le divorce, elle l'a accusé de violences conjugales. 
  • Elle revient aujourd'hui sur les raisons qui l'ont poussé à ne pas se taire. 

Dans un long entretien publié sur Allure.com, Amber Heard revient sur son bref mariage avec Johnny Depp. Leur divorce a été pour le moins difficile, sur fond d’accusations de violences conjugales, tant mentales que physiques, à l’encontre de l’acteur.

Aujourd’hui, celle qui se définit comme une « actrice et activiste » sur sa page Twitter explique que c’était pour elle un devoir de parler des violences conjugales. « Je dois le faire. Si je n’avais pas de plateforme, je resterais dans mon coin. J’ai un cerveau semi-fonctionnel et un système limbique semi-fonctionnel, et en tant qu’être humain, il m’incombe de faire du monde un endroit meilleur, même de la manière la plus petite et insignifiante qu’il soit. J’ai toujours essayé de faire ce qu’il fallait. J’ai utilisé tout ce qui m’était donné, je devais améliorer les choses pour mon prochain », a-t-elle déclaré à la publication.

>> A lire aussi : VIDEO. Amber Heard en a sué pour avoir cette silhouette

Le féminisme comme conviction 

Pour Amber Heard, les récents scandales qui secouent Hollywood montrent l’étendue du chemin à parcourir encore pour arriver à un monde meilleur et plus sûr pour les femmes. « Nos mères et nos grands-mères ont travaillé pour créer un environnement qui était en apparence rassurant, je l’ai pris pour acquis. J’avais tellement tort, j’avais tellement tort », déplore-t-elle.

(Wo)man of the year awards, here we are!! Hell yes

A post shared by Amber Heard (@amberheard) on

Elle poursuit : « Je ne m’étais pas rendu compte que [la misogynie était si répandue] jusqu’à il y a environ un an et demi. Je vivais la tête dans le sable parce que je me comparais à d’autres choses ou au passé, je ne me rendais pas compte du travail à faire pour être égaux. [Et par égaux], je veux dire que ce soit juste. »