Nico­las Duvau­chelle aurait eu un contrôle fiscal après avoir refusé de serrer la main de Nico­las Sarkozy

FISC L'acteur explique être en règle avec l'administration fiscale mais affirme ne pas être le seul à avoir vécu une telle mésaventure après avoir snobé l'ancien président...

20 Minutes avec agence

— 

L'acteur Nicolas Duvauchelle aurait eu un contrôle fiscal après avoir refusé de serrer la main de Nicolas Sarkozy.
L'acteur Nicolas Duvauchelle aurait eu un contrôle fiscal après avoir refusé de serrer la main de Nicolas Sarkozy. — Matteo Ciambelli / Sipa P/SIPA

Nicolas Duvauchelle a révélé ce lundi que, deux semaines après avoir refusé de serrer franchement la main de Nicolas Sarkozy au Parc des Princes à Paris, il avait été visé par un contrôle fiscal. Pour l’acteur, il existe un lien direct entre son attitude envers celui qui était alors ministre de l’Intérieur et le « petit redressement fiscal » qu’évoque celui qui sera prochainement à l’affiche de Bonhomme.

« Je lui ai mis un petit flip-flap »

Interrogé dans l’émission Y a pas péno ! sur Europe 1, Nicolas Duvauchelle a expliqué que lors d’un match du PSG auquel les deux hommes assistaient, Nicolas Sarkozy s’était dirigé vers lui pour lui serrer la main.

« Je lui ai mis un petit flip-flap, une petite virgule. […] Il était ministre de l’In­té­rieur, je ne pouvais pas », a raconté l’acteur. Celui-ci a par ailleurs indiqué que les conséquences des vérifications de l’administration fiscale avaient été très limitées puisqu’il « paye tout en temps et en heure ».

Il affirme ne pas être le seul

Le comédien l’assure, il n’est pas le seul à avoir vécu une telle mésaventure. « J’en connais plusieurs qui ont refusé de serrer des mains ou qui ont envoyé des petits tacles et qui ont eu des petits contrôles », dénonce ainsi Nicolas Duvauchelle.

En 2015, Jean-Pierre Coffe avait affirmé avoir subi un contrôle fiscal après avoir refusé de tutoyer Nicolas Sarkozy sur un plateau de télévision quand ce dernier était ministre du Budget.

>> A lire aussi : VIDEO. Jean-Marie Bigard pète un câble sur Twitter et s'emporte contre le fisc