Violences sexuelles: Des stars féminines réclament un «plan d'urgence» à Emmanuel Macron

TRIBUNE Il s’agit d’une lettre ouverte adressée au président de la République, Emmanuel Macron…

Anne Demoulin

— 

La chanteuse Louane fait partie des signataires.
La chanteuse Louane fait partie des signataires. — VISUAL

Une centaine de signataires. Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, intitulée « Monsieur Macron, êtes-vous de notre côté ? », parue dans le Journal du Dimanche, une centaine de personnalités dont Zabou Breitman, Louane Emera, Florence Foresti ou Agnès Jaoui, réclament l’instauration d’un « plan d’urgence contre les violences sexuelles ».

Le texte dénonce l’« insupportable déni collectif »

Cet appel, lancé par des militantes féministes, sera mis en ligne sur la plateforme Change sous la forme d’une pétition. Parmi les premières signataires, on compte également la réalisatrice Lisa Azuelos, les écrivaines Marie Darrieussecq et Tatiana de Rosnay, la journaliste Rokhaya Diallo, l’actrice Valérie Donzelli, la chanteuse Imany, les philosophes Sandra Laugier et Michela Marzano ou encore la comédienne Anna Mouglalis.

Le texte dénonce l’« insupportable déni collectif » face aux « violences sexuelles que subissent les femmes en France ». « Une femme sur deux a déjà été victime de violence sexuelle. Certaines ne sont plus là pour signer cette tribune, mortes sous les coups. Certaines sont plus particulièrement concernées parce qu’elles sont en situation de handicap, lesbiennes ou subissent le racisme », soulignent les auteures.

Cinq mesures proposées

La tribune propose cinq mesures : le doublement des subventions des associations accueillant les femmes victimes, une formation des professionnels en contact avec ces dernières, la création d’un brevet de la non-violence à la manière du brevet de la sécurité routière au collège, la formation obligatoire contre le harcèlement sexuel en entreprise et une vaste campagne de sensibilisation. Un plan d’attaque pour faire « face à une crise grave », conclut la lettre.