«Je croise des regards inquiets, mais j'essaie de comprendre», affirme Diam's

MUSIQUE L’ex-star du rap français a accordé une interview au « Journal du dimanche », dans laquelle elle parle de ses nouveaux projets, loin de sa carrière musicale…

F.R.
— 
Diam's en 2010, lors d'un concert à Nyon (Suisse).
Diam's en 2010, lors d'un concert à Nyon (Suisse). — JOFFET EMMANUEL/SIPA

Diam’s bientôt de retour avec un nouvel album ? « Ce sont des rumeurs sans fondement », affirme l’ex-rappeuse dans les colonnes du JDD. « Peut-être certains ont-ils du mal à accepter que l’on trouve le bonheur en dehors de certains codes admis de tous, comme la gloire, la quête d’argent sans limite », poursuit-elle.

Samedi prochain, elle ne regardera pas les NRJ Music Awards, une cérémonie qui l’avait vue triompher il y a dix ans avec trois trophées remportés… « Cela me replongerait dans des souvenirs plein d’angoisse et de tristesse. Je préfère tourner la page et me consacrer à ce qui m’épanouit. »

« Il m’arrive de discuter avec des gens hostiles à mon apparence »

L’artiste de 37 ans, qui a mis fin à sa carrière musicale en 2012, dit avoir gagné suffisamment d’argent dans le passé pour « vivre aisément ». Elle veut lancer une marque, Mel by Mel, qui se déclinera aussi bien en articles de papeterie qu’en vêtements pour enfants et dont une part des bénéfices sera reversée à sa fondation, Big Up Project.

Diam’s évoque aussi au cours de l’interview sa conversion à l’islam en 2008 et le fait qu’elle porte le voile. « Il faut le souligner, je rencontre énormément de bienveillance et de gentillesse. Je croise parfois des regards inquiets mais j’essaie de comprendre plus que de condamner, assure-t-elle. Il m’arrive de discuter avec des gens hostiles à mon apparence mais, très vite, quand vous savez les rassurer, ils comprennent que tout le monde n’est pas à mettre dans le même sac. Le voile a toujours mauvaise presse en France. Beaucoup de gens l’associent à l’actualité tragique. Je comprends la méfiance. En revanche, je n’accepte pas le manque de respect ou les agressions verbales. »