L'actrice Selma Blair
L'actrice Selma Blair — WENN

HARCELEMENT

Selma Blair et Rachel McAdams affirment avoir été victimes des abus de James Toback

Le réalisateur est accusé de harcèlement et d’abus sexuel par de nombreuses femmes…

  • James Toback est accusé par 310 femmes de harcèlement et abus sexuel.
  • Le Los Angeles Times est le premier à avoir sorti l’affaire, fondée sur 38 témoignages de femmes.
  • Selma Blair et Rachel McAdams se sont confiées à Vanity Fair.

Après le producteur Harvey Weinstein, c’est au tour du réalisateur James Toback d’être accusé par de nombreuses femmes de harcèlement et d’abus sexuel. Après un premier article publié dans le Los Angeles Times, de nombreuses femmes ont pris la parole pour raconter qu’elles aussi ont été victimes du réalisateur. Si dans l’article 38 femmes ont raconté leur histoire, le journaliste qui a mené l’enquête affirme qu’aujourd’hui elles sont 310 à porter des accusations à son encontre.

Parmi elles, deux actrices : Selma Blair et Rachel McAdams

>> A lire aussi : VIDEO. Dix-huit ans après «Sexe Intentions», Sarah Michelle Gellar retrouve sa copine Selma Blair

Harcèlement et agression

Les deux comédiennes se sont confiées à Vanity Fair. Rachel McAdams décrit un harcèlement et s’estime « chanceuse » de ne pas avoir été « agressée physiquement ». Le témoignage de Selma Blair est encore plus glaçant.

Elle raconte que l’agression s’est passée dans une chambre d’hôtel en 1999 où il lui avait donné rendez-vous pour parler d’un rôle dans Harvard Story, sorti en 2001. « Cette après-midi, je suis arrivée au restaurant de l’hôtel, je me suis installée à une table. Après un moment, l’hôtesse est venue me voir pour me dire que James Toback ne pouvait pas descendre, mais qu’il voulait me rencontrer dans sa chambre », explique-t-elle. Une fois arrivée dans sa chambre, il a « poussé le script et a dit "Je te regarde et je vois que nous avons une vraie connexion. Tu pourrais être une actrice incroyable, rien qu’avec ton regard, mais je peux certifier que tu n’as aucune confiance en toi". »

« Je me suis sentie piégée »

Elle explique qu’il lui a également dit qu’il aurait « pu tuer » son père avec qui elle ne s’entendait pas, car il connaît « des gens ». Elle assure qu’ensuite il lui a demandé d’enlever ses vêtements « pour voir comment [son] corps bouge » et si elle est « à l’aise avec son corps », ajoutant que ça faisait partie de son « entraînement » pour devenir une « bonne actrice ». Elle s’est exécutée, puis elle raconte qu’il a commenté son corps, en lui disant qu’elle avait « besoin de beaucoup de travail ».

Elle poursuit : « Il a commencé à se masser le pénis à travers son pantalon et m’a demandé : "Est-ce que tu me baiserais ?". (…) Je me suis sentie piégée. Je ne savais pas comment m’en sortir pour sauver la face sans faire de scène. Je lui ai dit "Que dois-je faire ? Je ne peux pas vous toucher. Je ne peux pas coucher avec vous". Il a alors dit "C’est bon. Je peux jouir dans mon pantalon. Je dois me frotter contre ta jambe. Tu dois me pincer les tétons. Et tu dois me regarder dans les yeux". Je me suis dit "Eh bien si je peux sortir de là sans me faire violer…" Il m’a fait reculer sur le lit. Il m’a assise dessus. Il s’est mis à genoux. Et il a continué à se presser fortement contre ma jambe. Il était tellement gras et je devais le regarder dans ses gros yeux marron. J’ai essayé de regarder ailleurs, mais il me tenait le visage. Donc j’étais obligée de le regarder dans les yeux. J’étais écœurée et j’avais honte, je pensais que personne ne me regarderait plus jamais comme quelqu’un de clean après avoir été si près du démon. Son énergie était sinistre », a-t-elle expliqué.

James Toback dément les accusations.