Ornella Muti, fraudeuse?

Cédric Couvez avec agence

— 

Italian actress Ornella Muti attends Italian designer Giorgio Armani show during the Autumn/Winter 2008/2009 women's collections at Milan Fashion Week on February 18, 2008. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER
Italian actress Ornella Muti attends Italian designer Giorgio Armani show during the Autumn/Winter 2008/2009 women's collections at Milan Fashion Week on February 18, 2008. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER — Damien Meyer AFP

Ornella Muti est dans le viseur du fisc italien. Ce dernier considère qu’elle réside toujours en Italie malgré sa domiciliation dans la Principauté de Monaco depuis 1994. Il réclame plus de 2 millions d’euros à l’actrice.

Et les agents des impôts ont plus d’un indice rapporte le journal Le Corriere della Sera.

Il existerait «une demeure destinée à héberger ses enfants de manière stable» où travaille une baby-sitter. Cela «constitue des indices objectifs confortant la présence de Mme Rivelli (le véritable nom de l’actrice, ndlr) sur le territoire italien». Pour enfoncer le clou, les inspecteurs des finances affirment que la star du cinéma transalpin aurait utilisé sa carte de crédit partout, sauf à Monte-Carlo.

Récidive?

Ornella Muti avait déjà été accusée d’évasion fiscale et condamnée à payer un million d’euros pour des faits remontant à 1995-1998, une somme qu’elle n’a pas encore acquittée. Elle est désormais visée par un nouveau redressement couvrant les années 1999 et 2000, s’élevant à 1,3 million d’euros.

La fraude fiscale semble un sport national en Italie. Elle a atteint 115 milliards d’euros l’an dernier. D’autres vedettes étaient tombées dans les mailles du filet fiscal. Le chanteur décédé Luciano Pavarotti et le champion de moto Valentino Rossi avaient déjà subi de sévères redressements.