«Mes copines sont au lycée»: Jean-Luc Lahaye provoque la colère de La Voix de l'Enfant

INACCEPTABLE La petite blague du chanteur dans le film «Stars 80, la suite» sur les lycéennes n'a vraiment pas fait rire l'association de défense des enfants...

C.B.

— 

Richard Anconina et Jean-Luc Lahaye dans «Stars 80, la suite».
Richard Anconina et Jean-Luc Lahaye dans «Stars 80, la suite». — Wild Bunch Distribution

Il y a des provocations qui ne font pas vraiment rire et celle-ci en fait partie. La blague de la bande-annonce de Stars 80, la suite, prononcée par Jean-Luc Lahaye en référence à son amour supposé pour les jeunes filles n’avait pas fait rire une partie des internautes. Du côté de l’association la Voix de l’Enfant, qui protège ces derniers, c’est carrément l’indignation.

Car le chanteur, qui explique à son producteur que ses copines « vont venir, hein ! Mais à cette heure-ci elles sont au lycée… Ben oui, elles passent leur bac. », a été condamné en 2007 à 10.000 euros d’amende pour avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente de 15 ans et à un an de prison avec sursis, en 2015, pour « corruption de mineur » après s’être livré à des jeux sexuels sur Inter­net avec une jeune fille de 14 ans.

Retirer ce passage

Dans un communiqué de presse, l’association La Voix de l’Enfant a tenu à réagir. Aux yeux de l’association, il est inacceptable que de « tels propos puissent être tenus par le chanteur dans la bande-annonce d’un film dont la diffusion est majeure ». La Voix de l’enfant demande à la production de retirer « ce passage révélant à nouveau son attirance pour des lycéennes et faisant référence à sa condam­na­tion ».

Contacté par Le Parisien, l’avocat du chanteur, Me Jean-Baptiste Jacquenet-Poillot, estime que « la plaisanterie litigieuse, consistant en un trait d’humour ironique et dérisoire, s’inscrit uniquement dans le caractère comique de la réalisation et correspond strictement au script du film ». Il rappelle également que son client n’en est ni le dialoguiste, ni le réalisateur ni le producteur » et « qu’il n’a jamais eu la moindre intention de blesser, de choquer ni de heurter quiconque, et regrette vivement si cela a pu être le cas ».