Décès de Hugh Hefner: Effondrée, Pamela Ander­son rend un hommage bouleversant au fondateur de «Playboy»

HOMMAGE «Mis à part ma famille, tu étais la personne la plus importante dans ma vie», a confié Pamela Anderson, en larmes sur Instagram après la mort de Hugh Hefner…

20 Minutes avec agence
Pamela Anderson apparaît en larmes sur Instagram après la mort de Hugh Hefner.
Pamela Anderson apparaît en larmes sur Instagram après la mort de Hugh Hefner. — Capture d'écran Instagram / pamelaanderson

Hugh Hefner, le légendaire fonda­teur du maga­zine Play­boy, est décédé ce mercredi, à l’âge de 91 ans. Ses proches, ses fans et de nombreuses personnalités lui rendent hommage depuis l’annonce de sa mort.

Parmi eux, Pamela Anderson, révélée au grand public en devenant playmate du mois d’octobre du célèbre magazine à seulement 22 ans, en 1989.

« Tu m’as donné la vie »

La star lui a rendu un hommage bouleversant en postant une vidéo sur Instagram où elle apparaît effondrée. « Au revoir, M. Hefner. Je pense telle­ment à toi, a-t-elle écrit en légende. Je suis ce que je suis grâce à toi. Tu m’as appris tout ce qu’il faut savoir sur la liberté et le respect. Mis à part ma famille, tu étais la personne la plus impor­tante dans ma vie. Tu m’as donné la vie (…) Je suis si profon­dé­ment choquée. À présent, je m’ef­fondre. »

L’actrice explique avoir rendu visite au magnat de la presse alors que sa santé se détériorait : « Tu étais vieux, ton dos te faisait si mal. La dernière fois que je t’ai vu, tu avais un déam­bu­la­teur. Tu ne voulais pas que je le voie. Tu n’en­ten­dais pas, a-t-elle raconté. Tu avais un morceau de papier dans la poche, tu me l’as montré. Il y avait mon nom, Pamela, avec un cœur autour. »

« Tu étais toujours, toujours là pour nous, avec ton amour, ta sagesse »

Hugh Hefner faisait partie de la vie de la vedette d’Alerte à Malibu : « Tu aimais mes garçons… Tu étais toujours, toujours là pour nous, avec ton amour, ta sagesse. Tout ça me manquera. »

La bimbo, que le fondateur de Playboy a le premier repéré, conclut avec une sincérité touchante : « Merci d’avoir fait du monde un meilleur endroit. Un endroit plus libre et plus sexy. Tu étais un gent­le­man, char­mant, élégant, galant et si drôle. Au revoir, Hef… Ta Pamela. »