Ayem Nour: De retour sur NRJ 12 après son cambriolage, elle revient sur cet épisode « difficile »

TELEVISION « On ne va pas se lais­ser abattre », a déclaré l’animatrice du Mad Mag pour son retour dans l’émission après son cambriolage, ce lundi…

20 Minutes avec agence

— 

Ayem Nour lors de son retour dans le Mad Mag, sur NRJ 12, quelques jours après le cambriolage dont elle a été victime.
Ayem Nour lors de son retour dans le Mad Mag, sur NRJ 12, quelques jours après le cambriolage dont elle a été victime. — Capture d'écran NRJ 12

Ayem Nour est de retour sur NRJ 12. Après le cambriolage de son appartement parisien, mercredi dernier, l’animatrice a retrouvé son émission. Ce lundi, elle a présenté le Mad Mag pour la première fois depuis les faits.

« Tout ça est entre les mains de la justice »

Avant toute chose, la maman de 28 ans a tenu à remercier le public pour son soutien. « Je ne pouvais pas commen­cer cette émis­sion sans m’ex­pliquer, a commencé la starlette révélée dans Secret Story. Je tenais à vous remer­cier pour tous les messages que vous m’avez envoyés. Je tenais à remer­cier Ayme­ric [son chroniqueur] de m’avoir rempla­cée au pied levé, et merci à toute l’équipe de m’avoir soute­nue. »

Ayem Nour est ensuite revenue sur le cambriolage dont elle a été victime. « C’est un petit peu diffi­cile pour moi, a ajouté la mère du petit Ayvin. Du coup, ma plus belle conso­la­tion n’était pas de rester chez moi mais de vous retrou­ver parce que c’est vous qui me rendez heureuse. (…) Voilà, on ne va pas se lais­ser abattre, tout ça est entre les mains de la justice. »

>> A lire aussi : L’actrice Emmy Rossum s’est fait voler 150.000 dollars de bijoux lors d’un cambriolage

Le butin s’élèverait à un million d’euros

Selon des informations du magazine Closer, ce ne serait pas Ayem mais son compagnon qui aurait découvert l’appartement cambriolé.

Le montant du butin, d’abord évalué à 1,5 million d’euros, s’élèverait en réalité à un million d’euros, essentiellement en bijoux et sacs de luxe. Une enquête a été ouverte par les policiers de la brigade de répression du banditisme (BRB) de la police judiciaire.