Mireille Darc: Sans la femme de sa vie, Alain Delon se dit «prêt à partir»

PEOPLE L’acteur se confie à « Paris Match » sur la femme de sa vie, dont il a tenu la main jusqu’à la fin…

V. J.

— 

Alain Delon and Mireille Darc in a scene of the film "Jeff" directed by Jean Herman.FRANCE-1969/Credit:NANA PRODUCTIONS/SIPA/1002241510
Alain Delon and Mireille Darc in a scene of the film "Jeff" directed by Jean Herman.FRANCE-1969/Credit:NANA PRODUCTIONS/SIPA/1002241510 — NANA PRODUCTIONS/SIPA

Son témoignage était très attendu. Il a été son compagnon pendant 15 ans, il était l’amour de sa vie. Alain Delon a choisi Paris Match et l’oreille de Valérie Trier­wei­ler pour se confier sur la disparition de Mireille Darc, sa « Mimi ».

>> A lire aussi : L'actrice Mireille Darc est décédée à l'âge de 79 ans

Il était à son chevet, aux côtés de son mari Pascal Desprez, lui a tenu la main jusqu’à la fin : « Son poignet était devenu si fin, elle avait tant maigri… Je l’ai embrassée. Je me dis qu’elle ne souffre plus. C’était un calvaire, cette souf­france. Ceux qui souffrent sont ceux qui restent. Ça me fait si mal. Elle méri­tait telle­ment de vivre. Il y a trente-cinq ans, Romy ; et main­te­nant, Mireille. Et puis Simone. C’est trop. » L’acteur ne cache pas sa détresse.

>> A lire aussi : Du «Grand Blond» aux «Cœurs brûlés», Mireille Darc une icône du cinéma français

« Elle était la femme de ma vie, ma moitié »

« Elle était la femme de ma vie, continue-t-il. Nous avons été si heureux ensemble, et heureux de tout. Nous avions tout, et elle était tout pour moi. Nous étions heureux d’être acteurs tous les deux et de jouer ensemble, mais si nous avions été coif­feurs, nous aurions connu le même bonheur pourvu que nous ayons été ensemble. Elle était ma moitié. On ne se posait pas de ques­tions, on se complé­tait. »

>> Mort de Mireille Darc: Quatre choses que vous ne connaissez (peut-être) pas sur l’icône du cinéma français

Comment va-t-il faire sans elle ? « Je préfère avoir l’âge que j’ai plutôt que 40 ans. Je n’au­rai pas beau­coup d’an­nées à vivre sans elle, pas trop d’an­nées à souf­frir. Elle, au moins, ne souffre plus. Elle repose. Sans elle, je peux partir moi aussi. »