Jennifer Lopez et Mariah Carey enchaînent les poses sexy pour Paper Magazine

COUVERTURE Et Mariah Carey pose même « topless »…

20 Minutes avec agences

— 

La chanteuse Jennifer Lopez sur scène à New York.
La chanteuse Jennifer Lopez sur scène à New York. — WENN

Une édition spéciale sur Las Vegas vient de paraître dans les pages du magazine Paper. Pour ce nouveau numéro, Jennifer Lopez, Mariah Carey, les Backstreet Boys ou encore Ricky Martin sont mis à l’honneur. Leurs tenues de scène portées à l’occasion de leurs résidences respectives à Las Vegas sont soigneusement dévoilées.

En ce qui concerne Jennifer Lopez, ce sont des tenues pleines de paillettes qui ressortent à merveille dans les tirages du magazine. Sur un cliché qu’elle a partagé sur Instagram, au fond sombre mais brillant, la chanteuse apparaît resplendissante dans une tenue moulante sexy, avec une superbe coiffe argentée sur la tête, des boucles d’oreille et un collier assortis.

Trônant sur ce qui laisse deviner la selle d’un cheval, le jeu de lumières et de paillettes met en scène Jennifer Lopez dans un cadre surréaliste, le regard rivé vers l’objectif. Dans un autre cliché, elle apparaît vêtue d’une tenue moulante noire ornée d’étoiles, une main sur la poitrine et l’autre sur la cuisse.

A post shared by Jennifer Lopez (@jlo) on

>> A lire aussi : VIDEO. Jennifer Lopez s’offre une comédie

Des révélations surprenantes

Toutefois, c’est sans aucun doute Mariah Carey qui se met le plus à nu dans cette édition spéciale. En posant en collant et topless pour la couverture, la poitrine recouverte par ses longs cheveux, la chanteuse livre une interview dans laquelle elle se confie sur sa résidence à Las Vegas, et notamment sur son statut de diva qui lui colle si bien à la peau.

En racontant que sa mère Patricia est une vraie diva, elle ajoute que son attitude a certainement déteint sur elle. « Je le fais par inadvertance en fait, et pas pour manquer de respect, je le fais simplement et cela arrive que je me dise : "Je ne sais même pas pourquoi" », explique-t-elle à la publication. Avant de conclure : « Je ne peux pas lutter contre, non. »