VIDEO. L’opération séduction de Cyril Hanouna dans «Paris Match»

UNE Après les polémiques, le trublion du PAF souhaite présenter une autre facette de sa personnalité…

A.D.

— 

Cyril Hanouna
Cyril Hanouna — IBO/SIPA

Cyril Hanouna fait la une de Paris Match ce jeudi. En couverture, l’animateur de Touche pas à mon poste prend la pose avec ses deux enfants dans les bras. Dans les pages intérieures, le trublion de C8 revient, dans une longue interview sur son parcours et ses convictions. Après les trop nombreuses polémiques, une opération de communication savamment orchestrée.

Montrer une autre facette du personnage

Selon Europe 1, Catherine Tabouis, la rédactrice en chef personnalités de Paris Match, souhaitait depuis longtemps monter un sujet avec Cyril Hanouna. Mais, l’ex-attachée de presse indépendante de l’animateur refusait de jouer la carte people. La star de C8 a récemment confié ses relations presse à Havas, société dirigée par Yannick Bolloré, l’un de ses meilleurs amis et le fils de Vincent Bolloré, actionnaire principal du groupe Canal +.

Après de longues discussions, Catherine Tabouis a convaincu Cyril Hanouna de dévoiler aux lecteurs de Match une facette méconnue de sa personnalité, l’homme derrière le trublion.

Cyril Hanouna a confié à l’hebdomadaire une photo d’enfance et un cliché avec Emilie, sa compagne depuis treize ans. L’animateur a posé le 11 août dans sa propriété sur les hauteurs de Cannes, avec ses deux enfants, Bianca 6 ans et Lino 5 ans, et aussi trois amis d’enfance, devant l’objectif de Gilles Bensimon, un photographe de renom. En pages intérieures, on découvre des clichés de l’animateur détendu et sportif, sautant dans la piscine.

Sur le canular homophobe

Marie France Chatrier, la journaliste, a eu droit à deux heures d’interview. L’animateur a notamment défini sa conception de l’humour : « Je suis un militant de l’inclusion par le rire : Noirs, Blancs, homos, hétéros, Arabes, Juifs, cathos, petits, gros… Pour moi, tout le monde est sur le même plan, critiquable sans distinguo possible. »

L’animateur est bien sûr revenu sur le canular homophobe : « Ce canular n’avait pas lieu d’être. Il était de mauvais goût. Je m’en suis excusé publiquement, très vite. » « Que l’on me qualifie d’homophobe m’a mis en colère. Tout ce qui m’est intrinsèquement lié va à l’encontre de l’homophobie », ajoute-t-il. Plus loin, l’animateur se confie sur sa réaction si son fils lui annonçait plus tard qu’il aime les hommes : « Je n’en ai rien à faire. Si mon fils est heureux, je le serai aussi ».

« Ce mauvais canular a permis à beaucoup de gens de souffler sur les braises pour tenter de me fragiliser, de fragiliser l’émission, la chaîne, ma société et Vincent Bolloré », estime-t-il.

Sur le PAF

L’animateur raconte également les coulisses du mirifique contrat de 250 millions d’euros pour 5 ans que lui a signé Canal +, alors que TF1 et M6 voulaient le débaucher. Il confie des échanges de SMS à 2h30 du matin et un coup de fil à 6h30 avec Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6, qui a essayé de le retenir. L’animateur dénonce une guerre économique dans laquelle il se retrouve partie prenante. Il s’est fixé comme objectif à la rentrée d’atteindre les 2 millions de téléspectateurs.

Sur son parcours

L’animateur revient aussi sur son parcours. Au sujet de sa grand-mère avec laquelle il regardait les émissions des Carpentier, il confie « J’ai fait mes universités télé avec elle. » Son père le rêvait médecin, il se voyait animateur. Il parle aussi de son idole Coluche et affirme avoir envie de créer « quelque chose comme les Restos du cœur, mais concernant le logement ». Sur ses convictions, il déclare : « Je suis juif traditionaliste. Et d’origine tunisienne avec une forte culture arabe. Mais le plus important, c’est que je suis avant tout français ». Bon père, bon petit-fils et bon samaritain, l’opération séduction est en marche. Suite au prochain épisode, dans TVMag, le supplément du Figaro le 2 septembre.