VIDEO. Alec Baldwin ne fait pas l’unanimité dans le rôle d'un aveugle

CINEMA Des associations reprochent le choix d’une personne avec toutes ses facultés pour interpréter un non-voyant…

20 Minutes avec agences

— 

Alec et Hilaria Baldwin à l'évènement Spike TV's 'One Night Only: Alec Baldwin'.
Alec et Hilaria Baldwin à l'évènement Spike TV's 'One Night Only: Alec Baldwin'. — WENN

Alec Baldwin incarne un auteur de nouvelles qui perd la vue suite à un accident de voiture, dans son nouveau film, intitulé Blind.

Le choix d’un voyant pour incarner un non-voyant a déplu aux associations venant en aide aux personnes handicapées, notamment la Ruderman Family Foundation. Le président et fondateur de l’association, Jay Ruderman, a exprimé son ras-le-bol dans un communiqué diffusé par le L.A. Times. « Alec Baldwin dans Blind, c’est tout simplement le dernier exemple de la façon dont on traite le handicap comme une façade. Nous n’acceptons plus que des acteurs blancs incarnent des personnages noirs. Le handicap qu’on enfile comme un costume doit aussi provoquer une indignation mondiale », a-t-il fait savoir.

>> A lire aussi : Antonio Banderas et Alec Baldwin vont être réunis dans un biopic

Une vision partagée

L’actrice Marlee Matlin, qui est sourde depuis l’âge de 18 mois et a remporté l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans Les enfants du silence sorti en 1987, partage le point de vue de l’association sur l’ensemble de l’industrie du film. Une étude de la fondation s’est penchée sur le nombre de personnages handicapés dans les fictions incarnés par des acteurs souffrant d’un handicap : 95 % des rôles avec un handicap sont interprétés par des personnes ayant toutes leurs facultés.

« Il y a un truc qui ne va pas. Nous, en tant qu’industrie, passons notre temps à parler de diversité – on sait qu’on a un problème. Malheureusement, quand on parle de diversité, le handicap est laissé de côté bien trop souvent », a commenté Marlee Matlin.