Festival de Cannes : Isabelle Huppert, Nicole Kidman, Charlize Theron et une brochette de stars à la soirée des 70 ans

Le baromètre des soirées Parce que le Festival de Cannes, ce n’est pas que la course à la Palme, «20 Minutes» vous livre pendant la quinzaine le baromètre des meilleures soirées où il fallait être…

Anne Demoulin

— 

Isabelle Huppert, maîtresse de cérémonie des 70 ans du Festival de Cannes
Isabelle Huppert, maîtresse de cérémonie des 70 ans du Festival de Cannes — NIVIERE/VILLARD/SIPA

Mercredi 24 mai

La soirée la plus anniversaire

Le Festival de Cannes a fêté son 70e anniversaire ce mardi lors d’une cérémonie « entre amis », non retransmise à la télévision, présidée par Isabelle Huppert et Thierry Frémaux. Et même s’il y avait Breakbot et Irfan à la Villa Schweppes et la Love on the Rocks Party du joaillier De Grisogono, the place to be ce mardi, c’était le Palais des festivals.

Après l’attentat à Manchester, Thierry Frémaux a décidé d’annuler le feu d’artifice prévu dans la soirée, tout en maintenant la cérémonie : « Il faut montrer qu’on ne se laisse pas faire et que la vie continue », a-t-il déclaré. « Le cinéma avec Manchester : nous pensons à eux ce soir », a lancé le président du Festival, Pierre Lescure.

A 19h30, le rideau du Grand Théâtre Lumière s’est levé sur un montage narrant quelques moments forts du Festival. Thierry Frémaux a souhaité la bienvenue à ses invités. Un second montage a rendu hommage à Isabelle Huppert. « Les anniversaires rajeunissent ! », a lancé à son arrivée sur scène l’actrice française, récompensée deux fois par le prix d’interprétation pour Violette Nozière (1978) et La Pianiste (2001), qui a chanté « Joyeux anniversaire » en français et en anglais au Festival.

La soirée la plus talentueuse

Parmi les invités, une belle brochette de stars. Le jury est venu au grand complet, dont notamment Pedro Almodóvar, son président, les stars hollywoodiennes Jessica Chastain et Will Smith, la Française Agnès Jaoui et l’Italien Paolo Sorrentino.

De nombreuses actrices comme les Américaines Uma Thurman, Elle Fanning, l’Australienne Nicole Kidman, la Britannique Kristin Scott Thomas, les Françaises Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart, Marion Cotillard, Carole Bouquet, Elodie Bouchez, Juliette Binoche, Sandrine Kiberlain, Laetitia Casta, les Italiennes Monica Bellucci, Claudia Cardinale, la Mexicaine Salma Hayek, la Sud-Africaine Charlize Theron.

Les actrices et réalisatrices Nicole Garcia, Tony Marshall et Maïwenn. Le couturierJean Paul Gaultier. Beau casting aussi du côté des acteurs avec Jean-Pierre Léaud, Vincent Lindon, Antonio Banderas, Lambert Wilson, Adrien Brody, Benicio del Toro, Mads Mikkelsen ou encore Christoph Waltz.

Bref, des habitués, la plupart ayant déjà reçu un prix à Cannes.

La soirée la plus palmée

Pour ce jubilé exceptionnel, Pierre Lescure et Thierry Frémaux avaient réuni une brochette de cinéastes ayant reçu ou ayant été nommé pour la prestigieuse Palme d’or.

Parmi eux, trois hommes à la double Palme d’or, le Britannique Ken Loach, le Danois Bille August et l’AutrichienMichael Haneke, en lice cette année pour un troisième sacre, ont reçu une standing ovation. Etaient également présents, après une montée des marches d’exception, l’Italien Nanni Moretti, les Américains David Lynch et Oliver Stone, le Franco-Polonais Roman Polanski, la Néo-Zélandaise Jane Campion, seule femme Palme d’or en 1993 pour La Leçon de piano, les Français Claude Lelouch et Costa-Gavras, les Mexicains Guillermo Del Toro, Alejandro Iñárritu. L’occasion de voir sur l’écran du Grand Théâtre Laumière, des montages sur les Palmes d’or, sur les remises de prix, sur les scandales et sur l’enfance. « Nous, les passionnés de cinéma, aussi bien ceux qui le fabriquent que ceux qui le célèbrent, nous avons refusé de grandir. Parce que le cinéma c’est aussi ça, continuer à émerveiller l’enfant qui sommeille en nous… », déclare Thierry Frémaux.

Vianney et Camélia Jordana ont rythmé la soirée en interprétant les bandes originales des films marquants de l’histoire du Festival. Vincent Lindon, lauréat du Prix d’interprétation masculine en 2015 pour La Loi du marché s’appuyant sur les paroles de Vaclav Havel, Albert Camus et André Bazin a conclu la cérémonie ainsi : « Nous fêtons les 70 ans du gardien d’une intégrité exigeante sans lequel le cinéma mondial ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. Grâce à cette obstination, Cannes s’est imposé comme le plus grand festival de cinéma du monde. Chacun de nous peut changer le monde, je suis de ceux qui pensent qu’un grand metteur en scène a ce pouvoir, que les actrices et les acteurs ont le devoir d’être choisis par les meilleurs, ceux qui portent en eux un univers immense et singulier, ceux qui n’hésitent pas à s’opposer aux idées reçues, qui cherchent à dire et à montrer plutôt qu’à plaire. »