Charlotte Gainsbourg sur son père : «Il me faisait aller trop loin, faire des choses qui me gênaient»

REVELATIONS Charlotte Gainsbourg est revenue sur sa relation compliquée avec son père, Serge Gainsbourg, à l’occasion de la sortie de son nouveau film « Les Fantômes d’Ismaël »…

C.B.

— 

Serge et Charlotte Gainsbourg après son César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans «L'Effrontée», en 1986.
Serge et Charlotte Gainsbourg après son César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans «L'Effrontée», en 1986. — VILLARD/SIPA

Des rapports plus que compliqués. A l’occasion de la sortie du film Les Fantômes d’Ismaël dans lequel elle interprète une femme consciente du temps qui passe, Charlotte Gainsbourg a évoqué la difficulté qu’a été son enfance avec un père comme Serge Gainsbourg. Dans un entretien au Monde, l’actrice a évoqué sa relation difficile, à l’adolescence, quand il a sorti son album Charlotte Forever.

A 15 ans, Charlotte participe à l’album et ça lui plaît. En revanche, pour le film, c’est une autre histoire. Son père entremêle fiction et réalité : il incarne un dramaturge alcoolique et suicidaire et sa fille, sa fille, dans une reconstitution de son hôtel particulier. Serge Gainsbourg modèle l’image de sa fille à l’extrême. « Il me faisait aller trop loin, faire des choses qui me gênaient. C’était difficile. Je faisais la tête sur les couvertures de journaux, je ne voulais faire aucun effort, c’était ma manière de me préserver. »

« Il était saoul en permanence »

En dehors du plateau, c’est encore pire. « Nous avons vécu ensemble le temps du tournage, rappelle Charlotte Gainsbourg. C’était compliqué, j’aime mon père plus que tout, mais j’ai eu tellement de mal à me faire une vie. Il était saoul en permanence, c’est éprouvant à vivre pour une enfant. En public, c’était difficile. Je me transformais en flic sur le tournage, je guettais les écarts. » Une période compliquée qui a laissé de mauvais souvenirs à l’actrice de 45 ans.