20 Minutes : Actualités et infos en direct
PEOPLEL’ex de Mel B pourra voir sa fille

Spice Girls: En procédure de divorce, l’ex de Mel B pourra voir sa fille

PEOPLE
La chanteuse a lancé de son côté de nouvelles accusations contre son ex…
La chanteuse Mel B à Beverly Hills
La chanteuse Mel B à Beverly Hills - WENN
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Le divorce de Mel B et Stephen Belafonte vient de livrer un nouvel épisode. La justice vient d’accorder un droit de visite au producteur de films. Il aura le droit de voir Madison, 5 ans, la fille qu’il a eue avec l’ancienne Spice Girls, dans un centre supervisé deux fois par semaine. C’est la Cour Supérieure de Los Angeles qui en a décidé ainsi.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Comme le rapporte ITV News, Mel B s’était pourtant opposée à ce que Stephen Belafonte ait un quelconque droit parental, l’accusant entre autres d’avoir été violent avec elle. Les avocats de la chanteuse avaient aussi pointé du doigt la condamnation passée du producteur pour violences conjugales.

D’autres allégations

A ces accusations de violences se sont récemment ajoutées d’autres allégations. Afin de convaincre le tribunal de ne pas accorder de droit de visite à son ex, Mel B a également assuré que les activités de ce dernier pouvaient mettre en danger leur fille. La défense de la chanteuse a affirmé que Stephen Belafonte dirigeait une société de production de films pornographiques, comme le rapporte le New York Daily News.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

L’avocat Larry Bakman, qui défend Mel B, a ensuite laissé entendre que le producteur avait fait venir des femmes de pays étrangers et procédé à « du blanchiment d’argent ». La défense de Stephen Belafonte a fermement nié ces nouvelles allégations, assurant qu’il s’agissait d’une campagne de calomnies.

Sujets liés