Le réalisateur James Gray ne se remet pas du tournage de « The Lost City of Z »

MUSIQUE Il aurait peut-être dû écouter les conseils de Francis Ford Coppola…

20 Minutes avec agences

— 

James Gray à l'avant-première de The Lost City of Z
James Gray à l'avant-première de The Lost City of Z — WENN

Pour tourner The Lost City of Z, le réalisateur James Gray a décidé de poser ses caméras dans la vraie jungle amazonienne. Une expérience qui le hante encore aujourd’hui, tant il a du mal à se remettre du terrain particulièrement hostile.

>> A lire aussi : «Lost City of Z»: James Gray plonge Robert Pattinson et Charlie Hunnam dans la jungle

« C’était particulièrement déplaisant ! J’aimerais pouvoir vous mentir en vous disant que j’y suis allé et que c’était incroyable, mais non. Je suis génétiquement fait pour être comptable à Minsk (Biélorussie). Là, il faisait 37°C, l’humidité était à 100 % et c’était éloigné de tout. Nous n’avions pas Internet ni rien de tout ça », a-t-il confié au Telegraph à propos de son expérience dans la jungle amazonienne.

Ce qui le hante encore aujourd’hui ? Son face-à-face avec un crocodile. Toute l’équipe tournait sur la rivière, tous installés sur des bateaux, lorsque, comme il l’explique à la publication, il a vu quelque chose bouger. « J’ai pensé à un crocodile et il n’y avait pas moyen qu’on tourne dans des eaux infestées de crocodiles. J’ai appelé le guide, qui était un mec charmant au passage, un Colombien. Il m’a dit qu’il n’y avait pas de crocodile dans ces eaux. Mais au milieu de la prise, je l’ai vu monter sur la berge. C’était bel et bien un crocodile. J’ai alors montré (l’animal) au guide et il m’a répondu : "No, M. James, ce n’est pas un crocodile, c’est un caïman noir". Vous pouviez voir leurs yeux dans l’eau, et le guide continuait de dire "Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de crocodile, c’est un caïman" », a-t-il raconté.

L’angoisse

Ce n’est qu’en rentrant à Los Angeles que James Gray s’est documenté sur les caïmans noirs. « Les caïmans noirs sont bien plus dangereux que les crocodiles. C’est une sorte de crocodile. Donc nous avons en fait tourné dans une zone infestée de crocodiles », a-t-il ensuite confié. Et le réalisateur est toujours sous le choc. « Je ne sais pas à quoi nous pensions ! Comment se fait-il qu’ils ne nous ont pas attaqués ? Ca me dépasse complètement », a-t-il ajouté.

Mornings with Sankar 😬 #blackcaiman#essequiboriver

A post shared by Ashianna Ally (@allyashianna) on

La prochaine fois, James Gray s’en tiendra certainement au conseil que lui avait prodigué Francis Ford Coppola. Comme le révèle Screenwritingumagazine.com, avant de partir tourner en Amazonie dans la jungle, il avait demandé son avis au réalisateur d’Apocalypse Now. La réponse avait été simple et claire : « N’y va pas ».