Le médecin de Prince dément lui avoir fourni de fausses ordonnances

MUSIQUE Des documents découverts par les enquêteurs prouvent pourtant le contraire…

Caroline Madjar

— 

Prince
Prince — WENN

Prince est décédé le 21 avril 2016 d’une surdose de Fentanyl, un opiacé reconnu plus puissant que l’héroïne. Ce médicament, personne ne sait encore où ni comment le chanteur se l’est procuré, mais, comme l’annonce le quotidien britannique The Guardian, de nombreuses pilules ont été retrouvées chez lui, à Paisley Park, lors des perquisitions qui ont eu lieu après son décès, ainsi que des ordonnances.

A post shared by PRINCESTAGRAM (@prince) on

Parmi celles-ci, les policiers ont retrouvé une prescription établie au nom d’un ami de Prince par un médecin qu’il a vu la veille de son décès.

>> A lire aussi : Mort de Prince: Des médicaments opiacés retrouvés sur le chanteur

Le docteur Michael Todd Schulenberg a admis avoir vu Prince le 7 et le 20 avril, et lui a prescrit de l’Oxycodine au nom de Kirk Johnson « pour préserver son anonymat », selon les documents fournis à la cour de justice du district du comté de Carver en charge de faire la lumière sur les causes de la mort du chanteur. D’autres pilules retrouvées étaient des contrefaçons qui contenaient du Fentanyl.

La défense du médecin

Après la publication de ces informations dans la presse, l’avocate du Dr Schulenberg a nié en bloc les faits avancés dans les médias. Amy Conners a déclaré dans un communiqué relayé par People que son client « n’a jamais directement prescrit des opiacés à Prince, ni à aucune autre personne dans l’intention de les donner à Prince ».

L’avocate ajoute que le Dr Schulenberg se tient à la disposition de la justice et de « fournir en toute transparence » les éléments dont la cour a besoin « dans le cadre de leur enquête sur Prince ».