Lena Dunham lors de l’ouverture de la boutique de Tracy Anderson à New York
Lena Dunham lors de l’ouverture de la boutique de Tracy Anderson à New York — WENN

PEOPLE

Lena Dunham, très amincie, met les choses au clair

L’important, c’est la santé…

Lena Dunham affiche depuis quelques semaines une silhouette nettement plus svelte. L’actrice et réalisatrice n’a jamais eu peur de mettre en avant ses formes, mais elle s’est récemment mise assidûment au sport. Lors de l’ouverture de la boutique de Tracy Anderson, sa nouvelle coach, à New York, elle a expliqué ne pas chercher à maigrir absolument.

« Pour moi, le truc important, c’est que Tracy ne voulait vraiment pas essayer de transformer mon corps, a-t-elle expliqué à People. Je l’ai contactée et je lui ai dit : ‘’J’ai de l’endométriose, je souffre de douleurs chroniques, je veux me sentir plus forte, (…) je veux sentir que je suis plus forte durant la journée, comment je fais ?’’. J’ai apprécié qu’elle parte de cette perspective. »

>> A lire aussi : Après Rihanna, Lena Dunham se fait aussi tatouer sous les seins

Elle accepte son corps

Suite à l’événement, Lena Dunham a rappelé à ses fans que le plus important pour elle était de s’accepter comme on est. « Je crois que j’ai assez clairement dit au fil des années que je n’en avais absolument rien à foutre de ce que les gens pensent de mon corps, écrit-elle sur Instagram. J’ai fait des tapis rouges en robe haute couture de taille 46. J’ai tourné des scènes de sexe après des opérations, pleine de cicatrices. J’ai accepté l’idée que mon corps est un organisme en perpétuelle évolution, pas une entité fixe. »

Thank you for this @Refinery29. I feel I've made it pretty clear over the years that I don't give even the tiniest of shits what anyone else feels about my body. I've gone on red carpets in couture as a size 14. I've done sex scenes days after surgery, mottled with scars. I've accepted that my body is an ever changing organism, not a fixed entity- what goes up must come down and vice versa. I smile just as wide no matter my current size because I'm proud of what this body has seen and done and represented. Chronic illness sufferer. Body-shaming vigilante. Sexual assault survivor. Raging hottie. Just like all of YOU. Right now I'm struggling to control my endometriosis through a healthy diet and exercise. So my weight loss isn't a triumph and it also isn't some sign I've finally given in to the voices of trolls. Because my body belongs to ME--at every phase, in every iteration, and whatever I'm doing with it, I'm not handing in my feminist card to anyone. So thank you to my girl @ashleygraham for writing so gorgeously about this on @lennyletter (link in bio). Thank you to @tracyandersonmethod for teaching me that exercise has the power to counteract my pain and anxiety, and to @jennikonner for being my partner in FUCK IT. I refuse to celebrate these bullshit before-and-after pictures. Don't we have infinitely more pressing news to attend to? So much love to all my web friends who demand that life be more than a daily weigh in, who know their merit has nothing to do with their size, who fight to be seen and heard and accepted. I love you- Lena

A post shared by Lena Dunham (@lenadunham) on

Lena Dunham se dit par ailleurs « fière » de ce que son corps « a vu, accompli et représenté », des abus sexuels aux maladies en passant par les moments joyeux, où elle l’a mis en valeur sans se cacher. « Ma perte de poids n’est pas un triomphe, et ce n’est pas le signe que j’ai succombé aux critiques des trolls, a-t-elle conclu, rappelant qu’elle suit avant tout un régime pour contrôler son endométriose. Car mon corps m’appartient. »