Ryan Murphy a lutté pour imposer des personnages LGBT dans ses séries

HOMOPHOBIE Le créateur de Nip/Tuck a beaucoup souffert d’homophobie…

20 Minutes avec agences

— 

Ryan Murphy à la 68e cérémonie des Emmy Awards
Ryan Murphy à la 68e cérémonie des Emmy Awards — WENN

Ryan Murphy rencontre un immense succès sur le petit écran. On lui doit notamment les séries Nip/Tuck, mais aussi Glee et American Horror Story. Si aujourd’hui, Hollywood lui ouvre grand ses portes, ça n’a pas toujours été le cas. Le producteur tient depuis toujours à ce que la communauté LGBT soit dignement représentée dans ses shows, et ça n’a pas toujours été du goût de tous…

« C’était vraiment dur, et très difficile, a confié Ryan Murphy dans une interview pour le podcast I Think You’re Interesting. Je n’en parle pas souvent, parce que c’est douloureux et que pas mal de ces personnes sont toujours en activité. »

>> A lire aussi : Le scandale Monica Lewinsky bientôt adapté dans une série?

Comme le raconte Ryan Murphy, il a subi des remarques sur ses créations qui étaient parfois très directes. « Je recevais des notes de mes supérieurs, qui disaient : "Est-ce que ce personnage peut s’habiller moins gay" ? Même si c’était une femme hétéro, a-t-il raconté. Ou, "le langage utilisé par ce personnage est trop extravagant, on trouve ça trop gay, ça peut offenser des téléspectateurs, tu peux le retirer ?" ».

Humilié

Sans surprise, le producteur s’est dit à l’époque blessé, et a reconnu avoir été « furieux ». Il s’est mis à créer de plus en plus de personnages LGBT en réaction, ce qui a provoqué la colère des pontes d’Hollywood, qui ont insisté pour qu’ils soient retirés des scripts. « Je disais non. (…) C’était chez la WB (un réseau de télévision américain), ils étaient intéressés par les personnages gays et tragiques. Ils étaient intéressés s’ils étaient gays et qu’ils se suicidaient. (…) Ils n’étaient pas intéressés par la sensibilité gay, le langage gay. »

Plus grave encore, Ryan Murphy a même été directement pris à parti, par un cadre qui « imitait » sa voix et « faisait des gestes féminins avec ses mains ». « Ça m’a fait beaucoup de mal, a conclu Ryan Murphy. Je n’ai jamais compris. »