Drake a été victime d'une arnaque à l'immobilier

PEOPLE La mauvaise blague aurait pu mal tourner… 

20 Minutes avec agences

— 

Drake, lors d'une sortie à Londres
Drake, lors d'une sortie à Londres — WENN

Actuellement en pleine tournée, Drake se serait certainement bien passé de tout le récent remue-ménage autour de la vente de sa maison de Los Angeles. Comme le rapporte le site Mansion Global.com, le rappeur a été victime d’un canular, et sa maison a été mise en vente sans son accord.

Explication : la maison a tout d’abord été mise en ligne sur Zillow.com, au prix de 9,5 millions de dollars. Alexei Pavlov, agent immobilier flairant le bon filon, a aussitôt contacté le numéro de téléphone posté dans l’annonce, et suggéré de mettre en vente la propriété pour 19,9 millions de dollars. Ce dernier explique à Mansion Global qu’au bout du fil, son interlocuteur s’est présenté comme le manager de Drake.

View this post on Instagram

📱

A post shared by champagnepapi (@champagnepapi) on

Après lui avoir fait parvenir le mandat de vente par e-mail, renvoyé ultérieurement signé de la main d’Aubrey Drake Graham, le vrai nom du rappeur, Alexei Pavlov a toutefois eu le nez de jouer la carte de la prudence, en demandant de nouvelles photos de la maison, ainsi qu’une procuration officielle. Et là, les choses se sont compliquées…

Un vrai capharnaüm

Forcément, le « manager de Drake », ennuyé par l’insistance d’Alexei Pavlov, a finalement admis, comme l’a confié ce dernier à TMZ, ne pas être celui qu’il prétendait, et reconnu son larcin.

>> A lire aussi : Rihanna humiliée par Drake et Jennifer Lopez

Manque de chance, l’annonce, qui était restée dans les brouillons de l’agent immobilier en attendant d’obtenir les documents prouvant l’identité du vendeur, a été mise en ligne par accident. Et aussitôt reprise par des dizaines de sites spécialisés, faisant ainsi le tour du Web.

Si Alexei Pavlov a confié à Mansion Global qu’il envisageait de contacter les autorités afin de dénoncer l’usurpateur, le porte-parole de Drake, de son côté, a refusé de commenter l’incident.