Jay Z se bat toujours pour obtenir les droits de la musique de Prince

MUSIQUE La lutte juridique a pris un nouveau tournant…

20 Minutes avec agences

— 

Prince
Prince — WENN

C’est une guerre qui ne souffre d’aucun répit. Jay Z, via ses sociétés Roc Nation et Tidal (détenu par Aspiro), s’oppose au Bremer Trust qui gère l’héritage de Prince, décédé en avril dernier. Tout a commencé quand les administrateurs de biens ont porté plainte pour violation du droit d’auteur, assurant que Tidal avait l’autorisation de diffuser l’album Hit N Run uniquement pendant 90 jours. Or le service a mis à disposition 15 albums du regretté chanteur.

>> A lire aussi : Universal se paye le catalogue des compositions de Prince

Les sociétés de Jay Z se sont défendues en assurant qu’elles avaient un accord oral et écrit avec la star décédée alors que de son côté le label de Prince, NPG, a assuré que cet accord avait pris fin.

C’est dans cette situation que Tidal et Roc Nation ont décidé de répondre à la plainte. Pour leur défense, ils mettent en cause l’autorité du Bremer Trust à gérer le travail de Prince, comme le rapporte The Hollywood Reporter. L’avocat d’Aspiro assure que le Bremer Trust « n’est pas la véritable partie intéressée » à l’égard des revendications de la plainte et que NPG ne dispose pas des droits d’auteur valides. Roc Nation et Tidal remettent tout simplement en cause le droit du Bremer Trust à les assigner en justice.

La guerre du streaming

Si la bataille juridique est montée en intensité, c’est vraisemblablement parce que les Grammy Awards arrivent à grands pas. La cérémonie, qui aura lieu le 12 février, sera l’occasion de rendre hommage à Prince, ce qui devrait susciter un regain d’intérêt pour ses chansons sur les plateformes de streaming.

Roc Nation et Tidal sont décidés à ne pas laisser leur part du gâteau, or comme l’a rapporté Billboard, le Bremer Trust aurait, via Universal Music, commencé à négocier avec Apple et Spotify, les concurrents de Tidal.