Gal Gadot ne comprend pas la polémique autour de Wonder Woman

CLASH Le boycott des Nations-Unies est difficile à encaisser…

20 Minutes avec agences

— 

Gal Gadot, la nouvelle Wonder Woman
Gal Gadot, la nouvelle Wonder Woman — WENN

Gal Gadot a décidé de réagir face à la campagne dont a fait l’objet le personnage de Wonder Woman qu’elle incarne dans le tout premier film consacré à l’héroïne et attendu pour juin 2017. Il s’avère que la mythique princesse des Amazones a été choisie il y a environ deux mois pour être ambassadrice honoraire pour l’émancipation des femmes et des filles à l’ONU.

>> A lire aussi : Wonder Woman quitte ses fonctions d'ambassadrice à l'ONU

Gal Gadot et Lynda Carter, qui a également interprété la superhéroïne dans la série télévisée, étaient présentes pour cette cérémonie.

Sauf que cela a provoqué un tollé et que pas moins de 600 membres de l’ONU ont signé une pétition dénonçant le choix « d’une femme blanche à forte poitrine », avec « des proportions invraisemblables », « pin-up par excellence », pour symbole du pouvoir des femmes. La pétition a rassemblé plus de 45.000 signatures et Wonder Woman a été destituée de son titre.

Prêt à se défendre

Gal Gadot est loin d’être ravie par cette décision. Pour elle, c’est symptomatique du dilemme auquel font face les femmes​. « Quand les gens disent que Wonder Woman devrait se couvrir, ils disent ‘’Si elle est intelligente et forte, elle ne peut pas être sexy’’. Ce n’est pas juste. Pourquoi est-ce qu’elle ne peut pas être tout ça ? », a-t-elle déclaré au Time.

Gal Gadot va plus loin et défend également sa vision du féminisme. « Je pense que les gens le prennent mal quand je dis que je suis féministe. Le féminisme ce n’est pas brûler des soutiens-gorge et haïr les hommes. C’est une question d’égalité de genre. Qui n’est pas féministe est un chauviniste, ajoute-t-elle. On doit éduquer les garçons, montrer aux garçons des femmes fortes dans des positions de pouvoir. »