Les dépistages du cancer augmentent grâce à Angelina Jolie

ETATS-UNIS Angelina Jolie a réussi son coup…

20 Minutes avec agences
— 
Angelina Jolie
Angelina Jolie — FayesVision/WENN.com

Souvenez-vous : c’était en 2013. L’actrice Angelina Jolie révélait qu’elle avait subi une double mastectomie. La star écrivait une tribune dans le New York Times où elle expliquait sa décision par le fait qu’elle avait une mutation d’un gène appelée BRCA 1, qui augmentait fortement les risques de cancer du sein et des ovaires. Avec l’opération, les risques pour elle de contracter la maladie tombaient de 87 % à 5 %.


À l’époque, les médecins avaient félicité l’actrice et espéraient que sa prise de parole publique encouragerait de nombreuses femmes à effectuer des tests. Qu’en est-il aujourd’hui ?

L’effet Angelina Jolie

Sunita Desai et Anupam Jeni ont tenté de répondre à cette question dans le British Medical Journal. Or, il apparaît qu’après la publication de l’article, le nombre de femmes ayant décidé de se faire tester a été en nette augmentation.

D’après les chercheurs de Harvard, six mois après l’article, elles étaient encore 37 % de plus que dans les quatre mois précédant sa publication, à faire un test. « L’effet Jolie est bien réel », assure ainsi le professeur associé à l’université du Texas Jennifer Litton au Guardian.



Et si pour le directeur de la recherche scientifique au centre de prévention du cancer du sein Tony Howell, lui aussi cité par le Guardian, l’étude ne prend pas suffisamment de recul dans le temps, il est d’accord avec ses collègues : en s’exprimant sur le sujet, Angelina Jolie « a fait un travail formidable ». Un avis que les scientifiques partagent avec de nombreuses stars, comme Kristen Bell, qui avaient salué le courage de l’actrice à l’époque.