Bruno Mars évoque son enfance pauvre

PEOPLE Le chanteur a appris à être heureux avec peu…

20 Minutes avec agences

— 

Bruno Mars
Bruno Mars — WENN

Bruno Mars est aujourd’hui une star qui vend des millions d’albums à travers le monde. S’il n’a plus à se soucier de gagner correctement sa vie, c’est loin d’avoir toujours été le cas.

>> A lire aussi : Lyon: Bruno Mars en concert... le même jour que Coldplay

Originaire d’Hawaï, il a raconté à l’émission 60 minutes comment son existence a basculé après la séparation de ses parents alors qu’il n’avait que 12 ans. A l’époque la famille gagnait de l’argent en se produisant ensemble et Bruno Mars était même surnommé «Le petit Elvis». Tout cela s’est arrêté lors du divorce, laissant le père du chanteur dans une situation délicate, sans toit et sans revenus.

Il a finalement trouvé un poste de gardien à Paradise Park, un parc zoologique spécialisé dans les oiseaux, où le propriétaire les autorisait à vivre sur place. « Là où nous sommes restés en premier, il n’y avait pas de salle de bain. Donc on devait traverser le parc pour arriver à cet autre lieu qui avait une salle de bain et parfois en plein milieu de la nuit », raconte Bruno Mars.

Faire beaucoup avec pas grand-chose

Le parc a ensuite fermé ses portes, mais Bruno Mars, son frère et son père ont eu l’autorisation de rester. Ils ont alors emménagé dans un logement avec une seule pièce. « On dormait tous dans le même lit », raconte-t-il avant de montrer l’emplacement où était situé le lit.

Been trill

A photo posted by Bruno Mars (@brunomars) on

Aujourd’hui très loin de cette vie, Bruno Mars estime que ces expériences ont fait de lui quelqu’un de déterminé et sûr de lui :  « On avait tout, on avait nous. On n’a jamais eu l’impression que c’était la fin du monde. On se disait : ‘’On n’a pas d’électricité aujourd’hui, ce n’est pas grave, c’est temporaire, on va trouver un moyen’’. C’est peut-être pour ça que j’ai cette mentalité dans la musique. Parce que je sais que je vais trouver un moyen… Que je vais y arriver, il me faut juste du temps ».