Flavie Flament: «L’homme qui m’a violée quand j’avais 13 ans est bien David Hamilton»

REVELATIONS L'animatrice de radio et de télévision n’avait jusqu’ici pas voulu révéler le nom de son agresseur. Depuis, d'autres femmes ont témoigné contre le photographe…

C. Ape.

— 

Flavie Flament, le 4 septembre 2014, à Paris.
Flavie Flament, le 4 septembre 2014, à Paris. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Dans son livre La Consolation éd. JC Lattès, paru en octobre, Flavie Flament révélait avoir été violée par un photographe mondialement connu alors qu’elle n’avait que 13 ans. Jusqu’ici, elle n’avait pas voulu révéler le nom de son violeur, tandis que le nom de David Hamilton a vite été évoqué.

>> A lire aussi : VIDEO. Qui est David Hamilton, le photographe de 83 ans accusé de viol?

Aujourd’hui, l’ex-compagne de Benjamin Castaldi sort de son silence. « L’homme qui m’a violée quand j’avais 13 ans est bien David Hamilton », a-t-elle déclaré dans une interview accordée à L’Obs. Et Flavie Flament d’expliquer pourquoi elle n’a pas révélé son nom dans son livre.

>> A lire aussi : Thierry Ardisson dévoile le nom du violeur présumé de Flavie Flament à « Salut les Terriens »

D’autres femmes disent avoir été victimes du photographe

« Je n’avais pas le droit de citer le nom de David Hamilton dans mon ouvrage. Je ne l’ai pas cité parce que j’étais seule et je ne l’ai pas cité parce que la prescription, aujourd’hui, condamne doublement les victimes de viol. Au bout de vingt ans après la majorité, on vous explique que c’est trop tard. Et puis, vous pouvez aussi passer de victime à coupable, coupable de diffamation, c’est la raison pour laquelle je n’ai pas cité son nom. C’est aussi ce sentiment de solitude qui m’empêchait de parler », a-t-elle confié.

>> A lire aussi : Flavie Flament répond à sa famille qui remet en cause le récit de son viol

Jeudi, L’Obs avait publié les témoignages d’autres femmes se disant victimes du photographe, confortant Flavie Flament dans sa démarche.

Le photographe âgé aujourd’hui de 83 ans, avait réagi dans un communiqué lorsque la rumeur l’avait désigné. David Hamilton s’est dit « particulièrement indigné par l’absence totale de respect de sa présomption d’innocence », précisant qu’il « ne commentera pas plus amplement les comportements criminels qui lui sont imputés par certains et desquels il n’a jamais été l’auteur ». L’Obs a tenté à plusieurs reprises de le joindre. Le photographe a indiqué qu’il n’avait rien à dire de plus que dans son communiqué.